ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS PROFESSIONNELS ET
GENS D’AFFAIRES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Québec doit continuer à vacciner le plus de gens possible avec une première dose, dit l’INSPQ

Publié le 18 fév 2021
par Johanna Sabys

(Source: Unsplash)

  • Selon l’Institut national de santé publique, recevoir une première dose du vaccin de Pfizer ou de Moderna protège à environ 80% contre la Covid-19.
  • Le Comité sur l’immunisation de l’INSPQ recommande donc au gouvernement de poursuivre sa stratégie: administrer une première dose au plus grand nombre de personnes vulnérables, et ne pas attendre plus de 90 jours avant de leur injecter la seconde dose.

Avec une seule dose, les vaccins n’atteignent pas leur seuil maximal d’efficacité évalué à plus de 90% lors des essais cliniques – lorsque les deux doses étaient administrées à moins d’un mois d’intervalle.

Mais pour l’INSPQ, il n’y a pas d’urgence à administrer la seconde dose. Selon des données préliminaires, la première dose suffit à donner une efficacité de près de 80%. Cette efficacité est atteinte:

  • 21 jours après l’injection pour les résidents en CHSLD;
  • 14 jours après l’injection pour les travailleurs de la santé. 

Ces délais justifient qu’on recommande aux personnes qui ont reçu une première dose de continuer à respecter scrupuleusement les mesures sanitaires pendant au moins deux semaines, voire quatre pour les personnes les plus âgées.

On ne connaît pas encore la durée de l’efficacité des vaccins. Mais, deux mois après le début de la campagne de vaccination au Québec, l’institut juge que les premiers résultats sont rassurants. 

Néanmoins, des inquiétudes persistent au sujet des variants.

  • Les données sur l’efficacité contre ces nouvelles formes du virus sont encore insuffisantes.
  • Certains experts craignent qu’un intervalle prolongé entre les deux doses puisse favoriser l’apparition de nouveaux variants.

Actuellement, près de 80% des résidents en CHSLD et plus de 50% des travailleurs de la santé – soit au total plus de 300 000 Québécois – ont reçu une première dose de vaccin.

Johanna Sabys