ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Coveo réussit son premier appel public à l’épargne et obtient 215 millions $

Publié le 18 nov. 2021
par Félix Côté

Louis Têtu, PDG de Coveo (Source: Capture d’écran InfoBref/Coveo)

  • Coveo, une entreprise de Québec qui développe pour les grandes entreprises des moteurs de recherche et des outils numériques de recommandation, a fait son entrée aujourd’hui à la bourse de Toronto.
  • Ce premier appel public à l’épargne lui permet de récolter 215 millions $, une somme qu’elle souhaite utiliser pour renforcer sa situation financière et poursuivre sa croissance. 

Coveo (TSX: CVO) a finalement fixé à 15$ le prix de vente de ses actions, soit tout en haut de la fourchette de 13 $ à 15 $ qu’elle envisageait. 

  • L’émission d’actions a été largement sursouscrite, c’est-à-dire que les investisseurs en auraient voulu plus: ils ont passé pour 1 milliard $ en ordres d’achat sur le titre de l’entreprise. 

Le prix de l’action a rapidement augmenté après l’entrée en bourse, preuve de l’enthousiasme démontré par les investisseurs. 

  • À l’ouverture du marché, le titre a grimpé à 18 $ (+20%), pour ensuite redescendre et se stabiliser à environ 16 $.  

Ce premier appel public à l’épargne valorise Coveo à 1,7 milliard $. 

  • Avant son entrée en bourse, l’entreprise avait déjà comme investisseurs le Fonds de solidarité FTQ et Investissement Québec.
  • Coveo compte près de 500 clients, dont BlackBerry, Salesforce et BRP. 

D’autres entreprises québécoises ont récemment voulu entrer en bourse, mais ont abandonné le projet. 

  • En juin, Lumenpulse, une entreprise d’éclairage DEL de Longueuil, avait mentionné des conditions de marchés «non optimales» pour interrompre son retour en bourse.
  • En septembre, KDC/one, une entreprise de produits cosmétiques, elle aussi de Longueuil, avait renoncé à son projet de premier appel public à l’épargne en évoquant la volatilité des marchés boursiers. 
Félix Côté