POLITIQUE et société

Johanna Sabys

avec Johanna Sabys

Journaliste à InfoBref

Québec protégera l’île d’Anticosti et les forêts du Lac-à-Moïse, mais pas de la foresterie

Publié le 8 juin 2021
Québec protégera l’île d’Anticosti et les forêts du Lac-à-Moïse, mais pas de la foresterie

La chute Vauréal, dans le parc national d’Anticosti (Source: Wikimédia)

  • Le gouvernement Legault a choisi ces deux territoires pour étrenner, sous la forme de projets pilotes, ses nouvelles Aires protégées d’utilisation durable (APUD) créées en février dernier. 
  • Ces projets pilotes doivent permettre de protéger la quasi-totalité de l’île d’Anticosti, et 750 km2 de forêts anciennes dans le secteur du Lac-à-Moïse, au nord de Québec. Mais selon Québec solidaire, ces projets ne devraient pas compter pour atteindre la cible officielle d’aires protégées, parce que Québec ne ferme pas la porte à la foresterie dans les APUD. 

La désignation d’Aire protégée d’utilisation durable interdit «les principales activités de nature industrielle», dit le ministre de l’Environnement Benoit Charette.

  • Sur les territoires choisis, il n’y aura plus d’activités commerciales d’aménagement forestier, d’exploitation minière ni de production d’énergie, précise-t-il.
  • Certaines activités restent toutefois tolérées, notamment des activités récréotouristiques.

Pour Québec solidaire, ces projets n’apportent aucun gain au registre des aires protégées.

  • Selon la porte-parole de QS en matière de forêts, de faune et de parcs Émilise Lessard-Therrien, la cible de 17% d’aires protégées n’est toujours pas atteinte – contrairement à ce qu’affirme Québec.
  • «C’est comme si le directeur des Canadiens de Montréal faisait une conférence de presse pour déclarer son intention de gagner la coupe, dit-elle, et qu’il se félicitait en même temps comme s’il l’avait déjà dans les mains.»

Le gouvernement Legault dit qu’il respectera les règles internationales.
L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et plusieurs pays souhaitent protéger 30% de la planète d’ici 2030.

  • Cet automne, ils comptent faire établir cet objectif comme nouvelle cible mondiale, lors de la COP15 sur la biodiversité.

Or,«une aire qui permet l’exploitation industrielle n’est plus une aire protégée», soutient Québec solidaire.

  • «Les règles de l’UICN sont claires, affirme Émilise Lessard-Therrien: il ne peut y avoir de foresterie industrielle dans une aire protégée».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le Québec sera en jaune et vert dès lundi prochain

Publié le 8 juin 2021
Le Québec sera en jaune et vert dès lundi prochain

(Source: Wikimédia)

  • Toutes les régions qui se trouvent actuellement en zone orange passeront en zone jaune le 14 juin. Seule Chaudière-Appalaches pourrait «peut-être» rester à l’orange.
  • Dès vendredi, tous les bars de la province pourront accueillir des clients en terrasse. 

Le gouvernement Legault poursuit son plan de déconfinement.

  • Il n’y aura normalement plus de zone orange à compter de la semaine prochaine.

Chaudière-Appalaches devrait également passer en zone jaune.

  • Mais, selon la façon dont la situation épidémiologique évoluera, Québec pourrait décider de maintenir la région au palier orange. 

Dans les régions qui passent au jaune, les membres de deux foyers peuvent:

  • se réunir à l’intérieur d’un domicile;
  • manger à la même table au restaurant, à l’extérieur et à l’intérieur; et
  • boire des verres en terrasse dans des bars ou brasseries – qui rouvrent vendredi. 

Dans les quatre régions en zone verte – l’Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, la Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine et le Nord-du-Québec:

  • jusqu’à 10 personnes provenant d’adresses différentes, ou tous les membres de trois résidences, peuvent se réunir à l’extérieur et à l’intérieur d’un domicile, en terrasse et à l’intérieur des restaurants et des bars.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Loi sur la radiodiffusion: les députés fédéraux ont adopté le bâillon

Publié le 8 juin 2021
  • Les libéraux et les bloquistes ont fait adopter hier une motion d’attribution de temps pour accélérer l’étude du projet de loi C-10 en comité. Les conservateurs, les néo-démocrates et les verts ont voté contre.
  • Le Comité permanent du patrimoine canadien n’avait alors plus que cinq heures pour terminer l’étude du projet de loi, qui vise à soumettre les géants du web à la Loi sur la radiodiffusion. Il est toutefois peu probable que le projet soit adopté par la Chambre des communes et le Sénat avant la fin de la session parlementaire.

Vague de chaleur: le masque n’est plus obligatoire en classe

Publié le 8 juin 2021
  • Les élèves du primaire et du secondaire ne seront plus obligés de porter le masque en classe à compter d’aujourd’hui et jusqu’à la fin de l’année scolaire. Ils devront toutefois continuer à le porter dans les espaces communs, et les transports scolaires.
  • Les directions d’école de Montréal avaient demandé hier à la Santé publique d’assouplir les règles sur le port du masque en raison de la forte vague de chaleur que subissent plusieurs régions du Québec ces jours-ci.

Sylvain Roy croit que Paul St-Pierre Plamondon voulait l’évincer du PQ

Publié le 7 juin 2021
Sylvain Roy croit que Paul St-Pierre Plamondon voulait l’évincer du PQ

Le député de Bonaventure Sylvain Roy (Source: Parti Québécois)

  • Le député de Bonaventure Sylvain Roy a quitté le Parti québécois vendredi dernier en raison, disait-il, d’un «évènement qui a brisé le lien de confiance qui existait entre lui et le chef du parti» Paul St-Pierre Plamondon. Sylvain Roy siège désormais à titre d’indépendant.
  • Il a expliqué à La Presse Canadienne qu’il avait été «discrédité» par le chef du PQ, qui aurait tout fait pour l’évincer du parti. Selon le député gaspésien, Plamondon souhaitait qu’il cède son siège de Bonaventure pour y présenter comme candidat l’avocat et ex-journaliste Alexis Deschênes lors des prochaines élections.

Quatre piétons auraient été tués parce qu’ils étaient musulmans

Publié le 7 juin 2021
  • Une famille de cinq personnes a été fauchée dimanche soir, à London, en Ontario, de manière délibérée par un automobiliste. Trois adultes et un adolescent ont été tués, et un enfant de neuf ans a été grièvement blessé.
  • Le maire de la Ville de London a qualifié le drame de «tuerie perpétrée contre les musulmans». Un Londonien de 20 ans a été arrêté. Il est accusé des quatre meurtres au premier degré, et d’une tentative de meurtre.

Québec aidera Montréal à lutter contre le trafic d’armes

Publié le 7 juin 2021
Québec aidera Montréal à lutter contre le trafic d’armes

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault (Source: CPAC)

  • La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault a indiqué que le gouvernement va soutenir la Ville de Montréal pour lutter contre le trafic d’armes. 
  • Québec doit faire une annonce détaillée à ce sujet la semaine prochaine. 

Geneviève Guilbault s’est dite préoccupée par la hausse des incidents qui impliquent des armes à feu dans la métropole.

  • Des fusillades ont encore eu lieu hier soir au parc Jean-Drapeau et dans Montréal-Nord.

La ministre discute des besoins de Montréal avec la mairesse Valérie Plante.

  • L’Équipe dédiée à la lutte contre le trafic d’armes (ELTA), en fonction depuis trois mois, relève du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Québec avait prévu d’appuyer le SPVM.

  • Dans son budget 2021-2022, le gouvernement prévoyait déjà d’injecter 5 millions $ sur deux ans dans l’ELTA pour lutter contre le trafic d’armes à feu.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Il n’y a plus aucune zone rouge au Québec

Publié le 7 juin 2021
  • À partir d’aujourd’hui, Montréal, Laval, et la dizaine de MRC qui se trouvaient encore en zone rouge passent à l’orange. Les salles à manger des restaurants et les gyms peuvent donc rouvrir. 
  • Le Québec a rapporté hier son meilleur bilan depuis septembre dernier: 179 nouveaux cas et aucun décès. 327 Québécois étaient hospitalisés, dont 61 personnes aux soins intensifs. 

Le Parti québécois demande à Québec d’agir sur les conditions d’accueil des travailleurs étrangers

Publié le 6 juin 2021
Le Parti québécois demande à Québec d’agir sur les conditions d’accueil des travailleurs étrangers

La porte-parole du PQ en matière d’économie, d’immigration, et pour les PME Méganne Perry Mélançon (Source: PQ)

  • Le gouvernement doit garantir «la protection et le bien-être» des travailleurs étrangers temporaires qui viennent «contribuer à la bonne marche de notre économie», croit la porte-parole du PQ en matière d’économie, d’immigration, et pour les PME Méganne Perry Mélançon.
  • La semaine dernière, plusieurs médias ont rapporté que des travailleurs étrangers étaient hébergés dans des conditions insalubres. 

Les logements insalubres réservés aux travailleurs des serres Demers ont été pointés du doigt.

  • Le président des Productions horticoles Demers a présenté ses excuses jeudi dernier, après les révélations qui concernaient son site de Drummondville.

Selon le Parti québécois, pour remédier à cette situation, le gouvernement doit:

  • permettre aux travailleurs étrangers d’accéder à un bassin d’employeurs, au lieu d’être liés à un seul sans pouvoir en changer;
  • offrir dès leur arrivée un soutien adapté à leurs besoins;
  • augmenter le nombre d’inspections; et
  • resserrer les normes qui concernent l’hébergement offert par les employeurs. 
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Analyse POLITIQUE

Le charnier de Kamloops changera-t-il l’attitude envers les autochtones?

Publié le 4 juin 2021
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Le charnier de Kamloops changera-t-il l’attitude envers les autochtones?

Le pensionnat indien de Kamloops autour de 1930. [Photo: Archives Deschâtelets-NDC, Richelieu]

  • Le Canada est un pays de gens bien. C’est l’image que, de l’étranger, l’on a du Canada. Cette perception a volé en éclat avec la découverte à Kamloops d’un charnier contenant les corps de 215 enfants autochtones.
  • La vague d’indignation sera-t-elle suffisamment forte pour que les membres des Premières nations deviennent des citoyens à part entière aux yeux des gouvernements?

Des horreurs, le Canada en a pourtant commis au cours de son histoire.

Quelques jours à peine avant que ne soit rendue publique la découverte de ce charnier, rappelons-nous que le premier ministre Trudeau venait d’offrir aux Italo-canadiens des excuses pour l’internement de centaines d’entre eux pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais Kamloops dépasse toutes ces horreurs.

Pourtant on savait.

  • On savait que ces pensionnats avaient été créés pour rééduquer les autochtones et «tuer l’indien en eux».
  • On savait que les autorités enlevaient de force les enfants autochtones à leurs parents.
  • On savait que des milliers d’entre eux ne sont jamais revenus – plus de 4000 avaient disparu, selon les derniers décomptes.

On savait tout cela, sans pourtant vraiment le croire. Par indifférence.

Mais voilà que ces 215 disparus de Kamloops rendent bien réel le génocide culturel que fut la politique d’assimilation instituée par le gouvernement de John A. Macdonald au 19e siècle.

Les déclarations de repentance des élus ont été nombreuses.

Sont maintenant attendus des gestes de réconciliation et d’ouverture.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent gratuitement les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: inscrivez-vous ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


La route à suivre est connue.

La Commission Vérité et Réconciliation, la Commission Viens, et celle sur les femmes autochtones disparues l’ont établie.

Mais, de toutes parts, on a tardé à agir: le sentiment de culpabilité n’a pas créé un sentiment d’urgence.

Il aura ainsi fallu attendre 15 ans pour que le Canada accepte de se soumettre à la Déclaration des Nations-Unies sur les droits des autochtones.

  • La Chambre des communes a enfin adopté ces derniers jours le projet de loi C-15 la reconnaissant.
  • Il est l’un des derniers pays à le faire.

Autre exemple:

  • Il y a cinq ans, le Tribunal canadien des droits de la personne ordonnait à Ottawa de corriger la discrimination envers les enfants vivant dans les réserves.
  • Depuis, le gouvernement fédéral joue de délais judiciaires pour éviter la facture de 8 milliards $ que représenterait une prestation de services égale à celle offerte aux autres enfants.

Promis en 2017, l’accès à une eau potable de qualité sur les réserves est toujours une vaine promesse pour une cinquantaine de réserves.

La Commission Vérité et Réconciliation recommandait en 2015 que soient mises en place des mesures pour documenter, entretenir et protéger les cimetières des pensionnats autochtones. Dans la foulée de Kamloops, le gouvernement Trudeau a ouvert le robinet.

  • Six ans plus tard, 27 millions $ sont offerts aux communautés pour entamer des recherches sur l’existence d’autres charniers.
  • Il est certain qu’il s’en trouvera.

> Découvrez les autres analyses politiques de Bernard Descôteaux, ancien directeur du Devoir, publiées chaque samedi dans InfoBref Matin


Signe positif, Ottawa publiait jeudi un plan d’action pour éliminer les obstacles systémiques au progrès des autochtones et lutter contre le racisme.

Ce sont des gestes de cette nature qui sont attendus par les Premières nations.

Pour elles, la réconciliation ne sera réelle que lorsque se sera dissipé l’esprit des politiques passées qui, à bien des égards, continue de faire des autochtones des citoyens de seconde classe.

Y aura-t-il un avant et un après Kamloops?

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

En savoir plus En savoir plus

Allégement des mesures sanitaires en CHSLD et en résidence privée

Publié le 4 juin 2021
Allégement des mesures sanitaires en CHSLD et en résidence privée

(Source: Pixabay)

  • Les résidents et les usagers des CHSLD et des résidences privées pour aînés (RPA) pourront bientôt participer à un rassemblement privé ou à une autre activité publique, sans être obligés de faire une quarantaine à leur retour.
  • La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a aussi annoncé aujourd’hui une série d’allégements, qui varient selon le palier d’alerte en vigueur dans la région. Ces nouvelles directives entreront en vigueur à partir du 7 juin. 

Dans les régions en vert:

  • Il sera permis de recevoir 9 personnes à l’intérieur du milieu de vie, pour un total de 10 personnes incluant le résident.
  • 10 personnes pourront se réunir autour d’une table, chacune avec une place déterminée, sans distanciation physique.

Dans les régions en jaune:

  • Il sera permis de recevoir les personnes d’une autre résidence, mais en tenant compte de la capacité d’accueil du milieu – une chambre ou unité locative, par exemple.
  • 6 personnes pourront se réunir autour d’une table, avec place déterminée, sans distanciation physique.

Dans les régions en orange: 

  • Seule une personne à la fois pourra rendre visite à un résident.
  • 4 résidents pourront se réunir autour d’une table, toujours sans distanciation physique.

Dans toutes les régions: 

  • Les visiteurs n’auront plus à prendre rendez-vous. 
  • Les résidents d’une même résidence privée pour aînés qui auront eu deux doses de vaccin pourront se côtoyer à l’intérieur de leur unité locative, peu importe le palier d’alerte. 
  • Plusieurs activités de loisir (bingo, pétanque, billard, etc.) pourront reprendre dans les résidences privées pour aînés, selon certaines conditions et en fonction des mesures permises pour la population générale, selon les paliers d’alerte.
Félix Côté
En savoir plus En savoir plus