POLITIQUE et société

Johanna Sabys

avec Johanna Sabys

Journaliste à InfoBref

Ottawa impose de nouvelles restrictions aux frontières à cause du variant Omicron

Mis à jour il y a 20 h
Ottawa impose de nouvelles restrictions aux frontières à cause du variant Omicron

(Source: Pixabay)

  • Le gouvernement fédéral a réagi aujourd’hui à l’émergence d’un nouveau variant de la Covid-19, baptisé Omicron, en interdisant d’entrée au Canada les ressortissants étrangers provenant de 7 pays d’Afrique australe.
  • Le variant Omicron, une souche très contagieuse selon les experts, a été détecté cette semaine en Afrique du Sud. Depuis, des cas ont été rapportés dans plusieurs pays, dont Israël et la Belgique, mais aucun cas du variant n’a encore été recensé au Canada, a précisé la Dre Theresa Tam, directrice de l’Agence de santé publique du Canada.

Les ressortissants étrangers qui ont séjourné ou transité depuis 14 jours par l’Afrique du Sud, le Mozambique, le Botswana, le Zimbabwe, le Lesotho, l’Eswatini (ex-Swaziland) ou la Namibie sont, jusqu’à nouvel ordre, interdits d’entrée au Canada.

Les voyageurs arrivés au Canada depuis 14 jours ou moins qui ont visité ou transité par un de ces pays doivent subir un test de dépistage de la Covid-19 et demeurer en quarantaine jusqu’à l’obtention du résultat. 

Les Canadiens et les résidents permanents qui ont visité ou transité par un de ces pays seront testés à leur arrivée au Canada et devront eux aussi demeurer en quarantaine jusqu’à l’obtention de leur résultat.

  • Ceux qui reviennent d’un de ces pays et qui transitent par un autre pays devront se faire tester dans le pays de transit. 

Affaires mondiales Canada émettra bientôt un avis pour déconseiller aux Canadiens de se rendre en Afrique australe.

Félix Côté
En savoir plus En savoir plus

Climat: le commissaire à l’environnement souligne les échecs du Canada

Publié avant-hier
Climat: le commissaire à l’environnement souligne les échecs du Canada

(Source: Pixabay)

  • Dans ses 5 rapports publiés jeudi, le commissaire à l’environnement du Canada Jerry DeMarco déplore 30 ans «d’occasions ratées» dans la lutte contre le changement climatique. Le Canada se fixe des objectifs pour réduire ses émissions de GES depuis 1990, mais ses émissions ont augmenté de 20% ces 30 dernières années.  
  • Selon le commissaire, le Canada a besoin d’un leadership et d’une coordination plus efficaces pour faire progresser les engagements climatiques; et le pays doit réduire sa dépendance aux secteurs pollueurs et s’adapter aux effets des changements climatiques [détails dans les rapports du commissaire].

Mini-budget du Québec: combien pour les entreprises?

Publié avant-hier
Mini-budget du Québec: combien pour les entreprises?

Le ministre des Finances Eric Girard (Source: Patrick Lachance MCE / compte Twitter du ministre)

  • Le gouvernement Legault prévoit d’injecter 350 millions $ supplémentaires pour stimuler la croissance et la productivité des entreprises et «combler l’écart du niveau de vie avec l’Ontario».
  • Québec souhaite accélérer les projets d’investissement des entreprises, et soutenir la mise en place des premières zones d’innovation et de projets innovants sur le sol québécois. Mais ces mesures doivent être détaillées ultérieurement par le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon. 

Lors de sa mise à jour automnale, le ministre des Finances Eric Girard a fait le point sur la situation économique et financière du Québec [voir notre article Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel].

Ce mini-budget prévoit 160 millions $ de plus sur 5 ans pour: 

  • augmenter la productivité et la compétitivité des entreprises;
  • accélérer leur numérisation et leur automatisation; et 
  • réduire leur empreinte environnementale.

Mais on ne sait pas encore quels projets y seront admissibles. 

Les premières zones d’innovation obtiennent 100 millions $ supplémentaires – 40 millions $ avaient déjà été annoncés.

  • Ces zones, présentées l’automne dernier, doivent réunir en un seul endroit l’enseignement, la recherche, les entreprises en démarrage et les grands acteurs économiques [détails sur le site du gouvernement]. 

Québec assouplit les modalités du Programme d’aide financière à l’investissement (Pafi) qui permet d’obtenir un rabais d’électricité de 20%. 

Pour profiter de ce rabais, les entreprises doivent investir au moins 40 millions $ pour améliorer leur productivité ou réduire leurs émissions de GES. 

  • Ce rabais pourra désormais s’échelonner sur 6 ans, au lieu de 4 ans. 
  • Il couvre jusqu’à 50% du coût des investissements admissibles.

Par ailleurs, 90 millions $ seront octroyés à des projets «innovants» qui présentent «un fort potentiel de développement économique pour le Québec».

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel

Publié avant-hier
Mini-budget du gouvernement Legault – voici l’essentiel

Le ministre des Finances Eric Girard et François Legault (Source: Émilie Nadeau / compte Twitter du premier ministre)

  • Le ministre des Finances Eric Girard a présenté cet après-midi la mise à jour économique et financière du gouvernement. Le déficit anticipé pour l’année en cours est de 6,8 milliards $, soit environ 5,5 milliards $ de moins que les 12,3 milliards $ prévus en mars.
  • Le gouvernement prévoit 5 milliards $ de nouvelles dépenses pour faire face à la hausse du coût de la vie et la pénurie de main-d’œuvre. 

Au total, le Québec a 9 milliards $ de plus que prévu dans ses coffres. 

Le PIB devrait grimper de 6,5% cette année, soit 2,3% de plus que la croissance prévue en mars. Par rapport aux prévisions de mars:

  • Les revenus du Québec augmentent de 5 milliards $. 
  • Les transferts fédéraux augmentent de 2,6 milliards $, grâce aux ententes signées avec Ottawa sur les services de garde et le logement.
  • Les revenus des sociétés d’État sont plus élevés de 831 millions $, surtout grâce aux revenus d’Hydro-Québec et d’Investissement Québec. 

Québec prend 5 milliards $ pour financer les mesures de son «mini-budget» annoncé aujourd’hui. 

Le gouvernement Legault va:  

  • offrir en janvier un chèque de 200 à 275 $, pour une personne seule, à 400 $, pour un couple, aux 3,3 millions de Québécois à faible ou moyen revenu pour les aider à faire face à l’inflation; 
  • bonifier le crédit d’impôt pour le service de gardes – de 1310 $ par an, par exemple, pour une famille dont les revenus annuels sont compris entre 60 000 $ et 100 000 $; et 
  • doubler de 209 $ à 400 $ dès cette année le montant de soutien pour les aînés de 70 ans ou plus qui ont des revenus de 31 575 $ ou moins.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Contre la pénurie de main-d’œuvre, Québec met en place: 

  • des bourses qui atteindront, à la fin d’une formation de 3 ou 4 ans, jusqu’à 9000 $ au collégial et jusqu’à 20 000 $ à l’université pour les étudiants inscrits en santé et services sociaux, éducation, services de garde, génie, technologies de l’information et construction; et 
  • une prime salariale temporaire jusqu’au 31 mars 2023 pour inciter les retraités de l’enseignement, des services de garde et des soins infirmiers à revenir au travail – elle sera, par exemple, de 3000 $ par an pour un revenu de 40 000 $.

Le déficit structurel, qui resterait à long terme après la crise sanitaire, passe, lui, de 6,5 milliards à 4 milliards $ par an. 

  • Plus ce déficit structurel baisse, plus le Québec se rapproche d’un retour à l’équilibre budgétaire. 
  • Le gouvernement conserve son objectif d’atteindre l’équilibre d’ici 2027-2028.

[voir notre autre article sur les mesures pour les entreprises dans ce mini-budget]

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Le gouvernement fédéral propose ses nouveaux programmes de soutien

Publié avant-hier
Le gouvernement fédéral propose ses nouveaux programmes de soutien

Justin Trudeau (Source: Adam Scotti / Bureau du premier ministre)

  • Le gouvernement Trudeau a déposé mercredi son nouveau plan de 7,4 milliards $ pour soutenir les secteurs économiques qui se remettent lentement de la pandémie. 
  • Il s’agit d’un des 4 projets de loi qu’Ottawa espère faire adopter avant le prochain arrêt des travaux parlementaires le 17 décembre.

Les libéraux veulent prolonger jusqu’en mai 2022:  

  • un crédit à l’embauche, pour les entreprises qui haussent les salaires, réembauchent des travailleurs mis à pied, ou en recrutent de nouveaux; 
  • la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants; et
  • la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique. 

Les subventions pour les salaires et le loyer seraient augmentées, mais désormais réservées aux secteurs du tourisme, de la culture et de l’hôtellerie.

Le plan prévoit aussi une aide de 300 $ par semaine pour les travailleurs qui seraient mis à pied en raison d’un ordre de confinement émis par la santé publique. 

Le Parti conservateur et le Bloc québécois pourraient appuyer le projet: 

  • les conservateurs, parce qu’ils jugent que ces prestations sont ciblées et iront aux secteurs qui en ont le plus besoin; et 
  • les bloquistes, parce que le plan soutiendra les travailleurs du secteur culturel.  

En revanche, le NPD souligne que le projet de loi réduirait le soutien aux travailleurs par rapport à la situation actuelle et dit que, par conséquent, il ne peut pas l’appuyer. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Décès en CHSLD: le gouvernement se défend d’avoir tardé à agir; l’opposition veut enquêter

Publié le 24 nov. 2021
Décès en CHSLD: le gouvernement se défend d’avoir tardé à agir; l’opposition veut enquêter

La ministre de l’Enseignement supérieur Danielle McCann (Source: Pat Lachance / compte Twitter de la ministre)

  • L’ancienne ministre de la Santé Danielle McCann a réagi mercredi au rapport de la protectrice du citoyen. Danielle McCann affirme que des directives ont bien été transmises dès janvier 2020 pour avertir les établissements de santé qu’ils devaient se préparer à la pandémie. 
  • Or, dans son rapport déposé mardi, la protectrice du citoyen Marie Rinfret contredit le gouvernement et déplore que Québec ait attendu le mois d’avril pour intervenir. Les partis d’opposition reprochent à Québec de ne pas avoir agi assez tôt pour protéger les aînés des CHSLD et ils réclament des comptes. 

Dans son rapport, la protectrice du citoyen dénonce qu’aucune consigne ni aucune préparation spécifique n’aient été mises en place dans les CHSLD avant la mi-mars.

  • Avant la catastrophe du CHSLD Herron – où 47 résidents sont décédés pendant la première vague – le gouvernement concentrait ses efforts sur les hôpitaux, explique Marie Rinfret. 
  • Ce n’est qu’à la mi-avril, dit-elle, que le personnel épuisé a enfin reçu des directives claires et des renforts des Forces armées canadiennes.

Le ministère de la Santé n’a pas négligé les CHSLD, se défend Danielle McCann, aujourd’hui ministre de l’Enseignement supérieur. 

La semaine dernière, la ministre a déposé une lettre datée du 28 janvier pour attester, dit-elle, que le gouvernement a bien «demandé au réseau de se mettre en action dès janvier 2020». 

Cette lettre demandait aux Ciusss et aux Cisss: 

  • de mobiliser du personnel et des ressources pour assurer un état de préparation optimal face à la propagation rapide d’un nouveau coronavirus; 
  • d’améliorer la cohérence des relations entre les différents secteurs impliqués dans l’opération; et 
  • d’assurer une liaison étroite et quotidienne avec le ministère.

La lettre ne mentionne pas les CHSLD parce qu’elle s’adressait à tous les établissements du réseau, précise Danielle McCann.

C’était «un plan global», dit-elle, pour dire aux Ciusss et aux Cisss qu’ils devaient «préparer l’ensemble de leurs établissements» à affronter la pandémie.

  • La responsabilité de protéger les CHSLD revenait aux PDG des Ciusss et des Cisss, soutient la ministre. Ils devaient «mettre en œuvre les directives du ministère de la Santé». 
  • Les PDG ont été rencontrés le 22 janvier, 5 jours avant l’envoi de la lettre, pour être mis au fait de la situation et des mesures à prendre, assure-t-elle. 

L’opposition exige des comptes.  

Le Parti québécois a appelé la coroner Géhane Kamel à réassigner la ministre McCann, le directeur national de santé publique Horacio Arruda et 2 sous-ministres.

Le gouvernement Legault est «imputable», affirme le chef parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, «il est clair que les CHSLD ont été oubliés».

Selon la cheffe du Parti libéral Dominique Anglade, le gouvernement «a menti aux Québécois en disant qu’il y avait des directives qui avaient été envoyées, alors que ce n’était pas le cas».

Mardi après-midi, François Legault a expliqué qu’il est facile, avec le recul, de dire que les choses auraient dû être faites autrement. 

  • Mais l’an dernier, «personne n’avait anticipé l’arrivée d’une pandémie d’une telle ampleur», se défend-il: «on n’avait pas d’indication avant le mois de mars qu’il y aurait un tel drame dans les CHSLD».
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec a versé 68 millions $ à 10 firmes non admissibles au programme d’aide

Publié le 24 nov. 2021
Québec a versé 68 millions $ à 10 firmes non admissibles au programme d’aide

Pierre Fitzgibbon et François Legault (Source: Bureau du premier ministre)

  • 10 entreprises, qui ne respectaient pourtant pas tous les critères d’admissibilité, ont reçu des prêts totalisant 68 millions $ du Programme d’action concertée temporaire pour les entreprises (Pacte).  
  • Dans son rapport annuel, la vérificatrice générale Guylaine Leclerc explique qu’elles ont pu en bénéficier à cause de décisions du ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon parce qu’elles étaient «jugées stratégiques pour l’économie du Québec». 

Le Pacte avait été mis en place par le ministère de l’Économie pour résoudre les problèmes de liquidité des entreprises causés par la pandémie.

Sur les 10 entreprises visées par le rapport de la Vérificatrice générale (VG): 

  • 6 rencontraient déjà des difficultés avant la crise sanitaire;
  • 2 n’avaient pas encore démontré leur rentabilité; 
  • 1 avait des problèmes liés à sa croissance plutôt qu’à la pandémie; et 
  • 1 a obtenu de l’aide pour des dépenses qui n’étaient pas admissibles. 

9 des 10 firmes ont aussi obtenu des conditions différentes des modalités déterminées:  

  • des prêts à un taux d’intérêt supérieur ou inférieur à celui qui était prévu; et 
  • des remboursements qui s’étalaient au-delà de la période maximale de 72 mois. 

Comment ont-elles pu profiter du programme? 

La VG pointe vers une clause d’un guide de gestion interne qui précise que les modalités du programme «peuvent être ajustées par le ministre selon les besoins du dossier».

Les critères d’admissibilité au programme n’étaient pas «complets et transparents», estime Guylaine Leclerc. 

  • «Sans critères, dit-elle, ça devient difficile de juger», et d’autres entreprises avec des besoins similaires auraient pu déposer une demande si ces critères avaient été communiqués publiquement. 

En conférence de presse, elle a dit aujourd’hui qu’elle aurait voulu savoir ce qu’est une entreprise stratégique.

La VG recommande au ministère: 

  • de rendre publiques de façon transparente les modalités de chacun de ses programmes d’aide financière; 
  • d’instaurer des mécanismes qui favorisent le traitement équitable des demandes; et 
  • de communiquer correctement l’information sur les montants et conditions des aides accordées.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Entrevue

Non, les mesures sanitaires ne seront pas levées en début d’année

Publié le 24 nov. 2021
Non, les mesures sanitaires ne seront pas levées en début d’année

(Source: S&B Vonlanthen / Unsplash)

  • François Legault a affirmé que «la grande majorité» des règles sanitaires pourront être levées lorsque les 5 à 11 ans seront vaccinés. Le premier ministre a précisé la semaine dernière qu’il faudrait, pour cela, atteindre un taux de vaccination de 80%. 
  • Or, le professeur André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, explique à InfoBref que, si on arrive à atteindre un taux de 80% dans cette tranche d’âge, ce ne sera pas avant le printemps. Et, d’ici là, il faudra gérer «la baisse de protection» de ceux qui ont reçu 2 doses. 

Le premier ministre a fixé l’objectif de 80% pour encourager les parents à faire vacciner leurs enfants, croit le professeur André Veillette. 

Il observe que, avec un intervalle de 8 semaines entre les 2 doses, les enfants qui seront vaccinés dans les prochains jours ne pourront pas obtenir la 2e avant fin janvier. 

S’il faut atteindre un taux de 80%, «cela risque de nous amener au printemps».

Legault a reconnu mardi qu’il n’aurait «peut-être pas dû» affirmer que la majorité des mesures seraient levées lorsqu’un taux de 80% sera atteint chez les 5 à 11 ans. 

Avant d’en finir avec les mesures sanitaires, selon l’immunologiste, il faudra: 

  • vacciner le maximum d’enfants; 
  • surveiller la situation épidémiologique; et 
  • proposer une 3e dose de vaccin à toute la population pour faire face à «la baisse de protection» plusieurs mois après la 2e dose. 

Sans parler de reconfinement, un retour en arrière est encore possible, dit André Veillette.  

  • Certaines mesures pourraient revenir, comme le télétravail, le port du masque au secondaire ou encore l’interdiction des karaokés. 

Il faut quand même célébrer le fait que la situation s’améliore au Québec, note l’immunologiste. 

«Toutes les mesures ne seront peut-être pas levées au printemps, mais nous sommes capables de mener des vies à peu près normales.»

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Les 5 à 11 ans recevront leur première dose anti-Covid dès aujourd’hui

Publié le 23 nov. 2021
Les 5 à 11 ans recevront leur première dose anti-Covid dès aujourd’hui

(Source: Ben Wicks / Unsplash)

  • Les parents ont vite commencé à prendre rendez-vous pour que leurs enfants reçoivent leur première dose de vaccin anti-Covid – mardi en milieu d’après-midi, 80 000 rendez-vous avaient déjà été pris, a indiqué François Legault.
  • Le gouvernement ne veut pas mettre la pression sur les enfants et leurs parents, affirme le premier ministre. Mais il a confirmé que la vaccination des 650 000 enfants de 5 à 11 ans allait changer la situation épidémiologique.

La vaccination des moins de 12 ans commence dès aujourd’hui dans les centres de vaccination, et la semaine prochaine dans les établissements scolaires. 

  • Aucun enfant ne sera vacciné dans les écoles sans autorisation écrite des parents, assure François Legault. 
  • Les enfants non-vaccinés ne seront pas «stigmatisés, dit-il, c’est un choix personnel».  

Toutefois, il est important de vacciner les enfants, affirme Legault, pour:

1) éviter qu’ils souffrent d’effets à long terme;
2) garder les classes ouvertes à travers la province; et
3) s’assurer qu’ils ne contamineront pas leurs grands-parents pendant les Fêtes.  

Québec croit toujours être capable d’offrir une 1re dose à tous les enfants d’ici Noël.

  • Ils recevront la 2e dose 8 semaines plus tard, soit à compter de fin janvier. 

À quand la fin de l’urgence et des mesures sanitaires? Pas avant fin février ou début mars, répond désormais Legault. 

  • Le premier ministre a dit, lors du point de presse, qu’il avait besoin de l’état d’urgence sanitaire pour imposer le passeport vaccinal et le port du masque.

Le Passeport vaccinal ne s’appliquera pas aux enfants de moins de 13 ans.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Discours du Trône 2021 – voici l’essentiel

Publié le 23 nov. 2021
Discours du Trône 2021 – voici l’essentiel

Justin Trudeau et la gouverneure générale Mary Simon (Source: compte Twitter du premier ministre)

  • La gouverneure générale du Canada Mary Simon a lu aujourd’hui – en inuktitut, en anglais et en français – l’un des plus courts discours du Trône de l’histoire pour ouvrir officiellement la nouvelle session parlementaire.
  • 20 mois après le début de la crise sanitaire et 2 mois après les dernières élections fédérales, la priorité du troisième gouvernement Trudeau demeure de mettre définitivement fin à la pandémie en rebâtissant l’économie. 

La «priorité absolue» du Canada reste de contrôler la pandémie. 

  • Pour y parvenir, «la vaccination est le meilleur outil», insiste la gouverneure générale, alors que la vaccination des 5 à 11 ans va débuter au Québec.  

C’est «la meilleure chose à faire pour l’économie», dit-elle.  

Mary Simon a rappelé les priorités d’Ottawa, dont celle d’aider les secteurs économiques les plus touchés par la pandémie et de protéger les travailleurs de la santé.

En revanche, elle n’a pas mentionné les transferts en santé, chers aux provinces. 

  • Le gouvernement s’engage seulement à «travailler avec les provinces pour obtenir des résultats qui répondent aux besoins des Canadiens».

La reprise doit surmonter un autre obstacle: la hausse du coût de la vie. 

«L’inflation est un défi mondial, souligne la gouverneure, et nous devons continuer à lutter contre l’augmentation du coût de la vie.»

  • Selon le discours, le gouvernement Trudeau s’appuiera sur 2 de ses priorités pour lutter contre l’inflation: le logement et les services de garde d’enfants.

Le Canada doit en faire plus pour le climat.

Ottawa mettra «l’accent sur l’innovation, les bons emplois verts, et la collaboration avec les pays aux vues similaires», dit-elle, pour bâtir «une économie plus résiliente, plus durable et plus concurrentielle».

La gouverneure a aussi souligné que la prospérité du Canada dépend de «la solidité et de la résilience de nos chaînes d’approvisionnement», et des «échanges commerciaux ouverts». 

  • Justin Trudeau était à Washington jeudi dernier pour le sommet des 3 amigos où il s’est heurté au protectionnisme de Joe Biden [détails (18 novembre)]. 

«La décennie est encore jeune», a conclu Mary Simon. «Avec de la compassion, du courage et de la détermination, nous pouvons corriger son mauvais départ.»

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Québec annoncera aujourd’hui le début de la vaccination des 5 à 11 ans

Publié le 23 nov. 2021
Québec annoncera aujourd’hui le début de la vaccination des 5 à 11 ans

Horacio Arruda, François Legault et Christian Dubé (Source: Gouvernement du Québec / Émilie Nadeau)

  • François Legault et le ministre de la Santé Christian Dubé annonceront cet après-midi comment se déroulera la vaccination des enfants de 5 à 11 ans.
  • Le gouvernement fera son annonce au moment où la protectrice du citoyen rendra public son rapport sur la gestion de la première vague de la pandémie dans les CHSLD. 

Le premier ministre a confirmé hier qu’il serait présent pour «expliquer en détail comment va fonctionner la vaccination des 5 à 11 ans».

Santé Canada a approuvé vendredi le vaccin de Pfizer pour cette tranche d’âge. 

  • Le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) publiera son avis aujourd’hui. 
  • Mais le gouvernement a pu le consulter dès lundi. 

Québec espère administrer une 1re dose de vaccin aux enfants avant Noël.

Un taux de vaccination de 60% serait satisfaisant, croit le directeur de la campagne de vaccination Daniel Paré.

La semaine dernière, François Legault disait, lui, espérer un taux de 80% pour lever la grande majorité des consignes sanitaires en début d’année. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Plus de 2 milliards $ pour rénover et construire des HLM au Québec

Publié le 22 nov. 2021
Plus de 2 milliards $ pour rénover et construire des HLM au Québec

(Source: Alsqc)

  • Le gouvernement Legault prévoit d’investir 2 milliards $ pour rénover des logements sociaux en mauvais état, et 280 millions $ pour construire plus de 3000 nouveaux HLM d’ici le printemps 2028. 
  • Ce budget provient d’une entente sur le logement signée avec le gouvernement fédéral en 2018. Le Québec n’avait pas encore annoncé comment il comptait l’utiliser. Mais l’abordabilité des logements est devenue un enjeu important.

L’entente prévoyait des investissements de 3,7 milliards $ entre 2019 et 2028. 

Selon la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation Andrée Laforest: 

  • 2 milliards $ serviront à rénover des HLM vétustes – cette somme s’ajoute à un montant de 1 milliard $ déjà investi depuis 2018 pour rénover les HLM québécois; 
  • 280 millions $ serviront à construire plus de 3 000 logements sociaux – des travaux de construction devraient commencer au printemps prochain; et
  • 847 millions $ permettront de bonifier le programme Allocation-logement – le montant d’aide maximale sera rehaussé jusqu’à 150 $ par mois à partir de 2024. 

Depuis 2018, le Québec a entamé – et terminé dans certains cas – la construction de 7 000 logements HLM. 

Plus de la moitié des HLM qui étaient cotés E ou D, en raison de leur vétusté, ont été rénovés.

25 000 familles vivent encore dans les 655 HLM E ou D qui n’ont pas été rénovés.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus