Politique

Johanna Sabys

avec Johanna Sabys

Journaliste à InfoBref

Analyse POLITIQUE

L’extrémisme de droite est présent au Canada

Publié avant-hier
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
L’extrémisme de droite est présent au Canada

L’incendie du parlement en 1849, tableau attribué à Joseph Légaré
(gracieuseté du Musée McCord)

  • Un assaut comme celui du 6 janvier contre le Capitole à Washington pourrait-il se produire au Canada? La réponse courte est non. Pas de la même manière.
  • Mais la montée de l’extrémisme de droite aux États-Unis est contagieuse. Il faut s’en préoccuper. Depuis déjà quelques années, ce virus se propage de ce côté-ci de la frontière.

Une foule déchaînée montant à l’assaut du Parlement canadien est difficilement imaginable.

Pourtant cela est déjà arrivé.

Certes, cela remonte à 1845. Une foule déchaînée a envahi le parlement du Haut et du Bas-Canada situé à Montréal. L’édifice de la Place d’Youville a été mis à feu et à sang.

Inimaginable aujourd’hui car le Canada, aime-t-on penser, est le pays de «la paix, de l’ordre et du bon gouvernement».

  • Un pays à l’inverse des États-Unis par ses valeurs et ses comportements.
  • Un pays où les tensions sociales sont apaisées par des politiques de redistribution.

Des assauts contre l’autorité de l’État canadien surviennent néanmoins de plus en plus souvent sous la forme de tentatives d’attentats à la vie de ses dirigeants.

Quelques événements récents:

  • Septembre 2012: Richard Henry Bain veut s’en prendre à la cheffe péquiste Pauline Marois tout juste élue premier ministre du Québec. Il rate son coup, mais tue une personne et en blesse une autre.
  • Octobre 2014: Michael Zehaf-Bibeau, un militant du groupe État islamique, abat un militaire devant le monument au soldat inconnu à Ottawa, puis pénètre au Parlement dans l’intention de faire un carnage.
  • Juin 2020: Corey Hurren, un réserviste de l’armée canadienne, se présente à Rideau Hall lourdement armé. Il est à la recherche du premier ministre Justin Trudeau. Il est arrêté. On trouve sur ses réseaux sociaux de nombreuses références au mouvement QAnon.

À ces actes violents, il faut ajouter les menaces de mort proférées sur les réseaux sociaux visant le plus souvent les premiers ministres. Menaces qui sont le fait d’individus qu’on dira à l’esprit dérangé, mais influencés par des idéologies et par les groupes les propageant.

Les idéologies ne connaissent pas les frontières.

Les groupes qui menaient la charge contre le Capitole sont pour plusieurs présents au Canada.

  • Parmi eux, il y a les Proud Boys, et QAnon – dont les tenants francophones des théories conspirationnistes sur l’origine de la Covid-19 et du vaccin sont nombreux au Québec.

Des voix invitent les autorités canadiennes à inscrire certains de ces groupes sur la liste de groupes terroristes.

Soit, mais il y a plus important.

Il faut s’attacher à comprendre la nature des inquiétudes et du sentiment de révolte qui s’alimentent à la persistance d’inégalités sociales et économiques. Si celles-ci sont moins grandes au Canada qu’aux États-Unis, elles existent bel et bien.

Les politiciens de droite américains ont exacerbé les tensions sociales à des fins électorales.

La méthode Trump rebute les Canadiens. Un sondage Léger réalisé avant les élections américaines montre que seulement 16% d’entre eux souhaitaient la réélection de Donald Trump.

Rassurant, mais il faut voir que chez les électeurs conservateurs cette proportion passait à 41%.

Cela permet de mieux comprendre les clins d’œil que lance à l’occasion le chef conservateur Erin O’Toole aux partisans des groupes d’extrême-droite.

Cela est moins rassurant.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux chaque samedi dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin (et à son complément InfoBref Soir pour un survol de l’actualité à 16h)

En savoir plus En savoir plus

Les délais dans la livraison du vaccin anti-Covid de Pfizer ne devraient pas affecter l’échéancier de vaccination, dit Justin Trudeau

Publié avant-hier
  • Pfizer a prévenu ce matin que la livraison au Canada des doses de son vaccin contre la Covid-19 sera ralentie d’ici la fin mars, le temps d’agrandir l’usine qui les produit, située en Belgique.
  • Le premier ministre Justin Trudeau a voulu rassurer la population en disant que le gouvernement sera quand même capable de vacciner tous les Canadiens qui le désirent d’ici septembre, comme c’était prévu.

Le ministre du Travail menace la construction et le secteur manufacturier d’imposer de nouvelles restrictions s’ils ne respectent pas davantage les normes sanitaires

Publié avant-hier
Le ministre du Travail menace la construction et le secteur manufacturier d’imposer de nouvelles restrictions s’ils ne respectent pas davantage les normes sanitaires

Le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet (photo Twitter)

  • Le ministre du Travail du Québec Jean Boulet a dit ce matin qu’il avait reçu plusieurs rapports témoignant d’un non-respect des normes sanitaires contre la Covid-19 par les travailleurs de la construction et du secteur manufacturier.
  • Résultat: le ministre dit qu’il «n’aura d’autre choix que d’annoncer de nouvelles restrictions» aux deux industries si la situation n’est pas corrigée.

Ces deux secteurs sont choyés.

  • Ils sont considérés comme vitaux pour la santé économique du Québec et peuvent continuer leurs activités, quoique de façon réduite.
  • La majorité des entreprises des autres secteurs sont jugées non essentielles. Elles sont fermées depuis décembre et ne rouvriront pas avant le 8 février.

Les restrictions actuelles dans la construction et le manufacturier:

  • Depuis le 9 janvier, les usines et les chantiers doivent limiter leur activités aux activités essentielles, pour réduire le nombre de travailleurs présents dans un même espace. 
  • Les travailleurs de ces secteurs doivent aussi respecter le couvre-feu de 20h à 5h tous les jours.

Le ministre Boulet ne dit pas combien de cas de non-respect de ces conditions lui ont été communiqués, mais ils semblent suffisants pour le faire réagir.

Alain McKenna
En savoir plus En savoir plus

Trudeau attend de Joe Biden un réengagement des États-Unis sur la scène internationale

Publié le 14 janv. 2021
  • Selon le premier ministre, le Canada et d’autres alliés attendent avec impatience un réengagement des États-Unis pour le libre-échange et la protection de la démocratie à travers le monde. D’après Justin Trudeau, il est temps, également, de réagir face à la montée en puissance de la Chine.
  • Dans une vidéo diffusée hier par l’agence Reuters, Trudeau dit qu’il a l’intention de rencontrer son homologue américain rapidement après son investiture, notamment pour parler de lutte contre les changements climatiques. 

Québec se laisse jusqu’à 90 jours pour administrer la seconde dose du vaccin

Publié le 14 janv. 2021
Québec se laisse jusqu’à 90 jours pour administrer la seconde dose du vaccin

(Source: Pexels)

  • Ce délai maximal de 90 jours après la première dose pourrait permettre de vacciner près de 500 000 personnes vulnérables supplémentaires.
  • Selon le Dr Richard Massé, conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique, c’est une raison suffisante pour retarder de quelques semaines le moment d’injecter la seconde dose.

L’Organisation mondiale de la santé et le Comité consultatif national canadien de l’immunisation recommandent un délai maximal de 42 jours, soit 6 semaines, entre l’injection des deux doses des vaccins anti-Covid de Pfizer et Moderna.

Ce que dit le gouvernement Legault:

  • Tant que le nombre de doses reçues limite le nombre de vaccinations, Québec va permettre, au maximum, un intervalle de 90 jours – soit plus de deux fois le délai maximal recommandé – entre les deux injections des vaccins.
  • Le délai supplémentaire permettra de vacciner plus rapidement les résidents des résidences pour aînés (RPA) et les plus de 70 ans.
  • Ce délai devrait diminuer quand un plus grand nombre de doses sera disponible.

Ce qui est en jeu: selon le ministre de la Santé Christian Dubé, si la situation ne s’améliore pas, le confinement pourrait se prolonger et des mesures plus strictes pourraient être imposées.

Où en est la vaccination actuellement:

  • Avec les 162 000 doses reçues jusqu’ici, plus de 115 000 Québécois ont été vaccinés.  

Le gouvernement devrait avoir reçu au total 250 000 doses d’ici la fin janvier.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé? L’INSPQ dit non

Publié le 13 janv. 2021
Vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé? L’INSPQ dit non

(Source: Pixabay)

  • Le Comité d’éthique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ne recommande pas d’imposer la vaccination aux 325 000 travailleurs de la santé.
  • Dans la situation actuelle, le Comité d’éthique en santé publique (CESP) conclut que la vaccination obligatoire des travailleurs du réseau ne se justifie pas.

Depuis le début de la pandémie, les médecins et les infirmières sont en première ligne et jouent un rôle crucial dans la lutte contre le virus.

Les travailleurs du réseau de la santé sont considérés comme un groupe prioritaire dans le programme de vaccination, car ils sont:

  • particulièrement infectés par la maladie; et
  • en contact avec des personnes vulnérables.

Mais on ne sait pas encore si les vaccins empêchent la transmission du virus.

  • Selon le CESP, il n’est donc pas établi que des travailleurs de la santé vaccinés qui seraient déclarés positifs à la Covid-19 puissent continuer à travailler.
  • La vaccination de tous les travailleurs de la santé n’assurerait donc pas forcément un meilleur maintien des services. 

L’objectif du ministère de la Santé est de vacciner 75% des travailleurs du réseau. Un peu plus de 20% ont déjà été vaccinés.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus
Vaccination obligatoire pour les travailleurs de la santé? L’INSPQ dit non

(Source: Pixabay)

Les cinémas québécois espèrent pouvoir rouvrir d’ici deux mois

Publié le 13 janv. 2021
  • Éric Bouchard, président de la Corporation des salles de cinéma du Québec, dit à InfoBref qu’un premier paiement de 70% des aides octroyées aux salles par le gouvernement du Québec pour la période du 1er octobre au 31 mars devrait arriver en février.
  • La plupart des salles du Grand Montréal n’ont pu ouvrir que sur 3 des 12 derniers mois, l’été dernier. Trois mois au cours desquels les cinémas de Saint-Eustache et de Saint-Jérôme, dont Éric Bouchard est copropriétaire, n’ont réalisé que 20% de leur chiffre d’affaires par rapport à la même période en 2019.

Santé mentale: Québec investit 1,5 million $ de plus pour soutenir les travailleurs autonomes

Publié le 13 janv. 2021
Santé mentale: Québec investit 1,5 million $ de plus pour soutenir les travailleurs autonomes

(Photo Unsplash)

  • En cette nouvelle période de confinement, le gouvernement veut offrir plus de soutien psychologique aux 350 000 travailleurs autonomes dont les activités sont durement impactées par les restrictions sanitaires depuis le printemps dernier.
  • Selon le ministre du Travail Jean Boulet, à cause de la pandémie, les travailleurs autonomes se retrouvent dans une situation précaire et d’isolement qui risque d’affecter leur vie personnelle, ainsi que la performance et la relance de leur entreprise.

L’investissement va permettre d’offrir:

  • des activités sur la gestion du stress;
  • des ateliers pour mieux gérer l’incertitude liée à la pandémie; et
  • des groupes de discussion virtuels.

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale mettra également en place des activités régionales et locales plus ciblées pour les travailleurs autonomes et les petites entreprises.

Cet investissement de 1,5 million $ s’ajoute aux 10 millions $ annoncés en décembre dernier pour soutenir la santé psychologique des travailleurs, des chômeurs et des chercheurs d’emploi.

À partir de vendredi, les travailleurs autonomes et les petites entreprises pourront se renseigner sur les nouveaux programmes auprès du Ministère.

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Dans le CHSLD montréalais où ont débuté les premières vaccinations, des résidents vaccinés ont été infectés par le virus

Publié le 12 janv. 2021
  • Selon le Centre hospitalier gériatrique Maimonides, sept de ses résidents auraient contracté le virus au cours des 28 jours qui ont suivi le moment où ils ont reçu la première dose.
  • Il n’est pas impossible qu’une personne vaccinée puisse être contaminée, surtout dans les premiers jours. Les résultats des essais cliniques de Pfizer et Moderna montrent que l’efficacité du vaccin n’est avérée que 10 à 14 jours après l’injection.

La deuxième dose de vaccin ne devrait idéalement pas être administrée plus de six semaines après la première

Publié le 12 janv. 2021
  • Le Comité consultatif national canadien de l’immunisation recommande toujours d’administrer les doses de vaccin contre la Covid-19 en suivant les consignes des laboratoires, mais il autorise néanmoins un intervalle entre les deux injections pouvant aller jusqu’à 6 semaines – comme l’Organisation mondiale de la santé.
  • La décision du comité fédéral se base sur les résultats de Pfizer et Moderna: ils prouvent que la première dose de vaccin offre déjà, à elle seule, une protection efficace aux personnes vaccinées. 

Ottawa veut lutter contre le travail forcé de la minorité ouïgoure en Chine

Publié le 12 janv. 2021
  • Le gouvernement fédéral adopte une série de mesures pour s’assurer que des produits issus d’un travail forcé, dans la région autonome du Xinjiang, n’entrent pas dans les chaînes d’approvisionnement canadiennes. 
  • Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne s’est dit profondément préoccupé par la détention arbitraire massive, le travail forcé et les mauvais traitements infligés aux Ouïgours.

Remaniement ministériel à Ottawa: voici les premiers défis qui attendent les trois ministres

Publié le 12 janv. 2021
Remaniement ministériel à Ottawa: voici les premiers défis qui attendent les trois ministres

Navdeep Bains a choisi de quitter le Cabinet et ne se représentera pas aux prochaines élections (Photo Twitter)

  • Justin Trudeau a annoncé ce matin un important remaniement dans son cabinet: les ministères des Affaires étrangères, des Transports, et de l’Innovation ont changé de mains.
  • En pleine pandémie, les trois nouveaux titulaires auront d’importants défis à relever dès leur entrée en fonction.

Le premier ministre a dû faire ce remaniement parce que son ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, Navdeep Bains, a choisi de quitter le Cabinet et ne se représentera pas aux prochaines élections.

François-Philippe Champagne
L’ancien ministre des Affaires étrangères remplace Navdeep Bains au ministère de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie. Dans son nouveau rôle, il devra:

  • favoriser la relance économique post-Covid, créer de nouveaux emplois et faire croître la classe moyenne;
  • collaborer avec les secteurs de la fabrication, des ressources naturelles et de l’énergie dans leurs efforts de transition vers un avenir carboneutre.

Marc Garneau
L’ancien ministre des Transports remplace François-Philippe Champagne au ministère des Affaires étrangères. Dans son nouveau rôle, il devra:

  • composer avec le climat politique tendu aux États-Unis, à quelques jours de l’arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche;
  • gérer les tensions avec Pékin et le dossier des deux ressortissants canadiens emprisonnés en Chine, Michael Spavor et Michael Kovrig.

Omar Alghabra
L’ancien secrétaire parlementaire du premier ministre remplace Marc Garneau au ministère des Transports. Dans son nouveau rôle, il devra:

  • superviser d’importants projets dans les transports, y compris le transport en commun, pour relancer l’économie; 
  • se prononcer sur l’octroi d’une aide financière à l’industrie du transport aérien, et sur le projet d’achat de Transat AT par Air Canada.
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus