ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les fabricants québécois d’appareils électroniques sont à l’abri de la pénurie mondiale de puces informatiques… pour l’instant

Mis à jour le 8 juin 2021
par Alain McKenna

(Source: Unsplash)

  • Le virage électrique de l’industrie automobile, l’investissement dans les réseaux sans fil de prochaine génération et la demande pour toute sorte d’objets connectés provoquent une pénurie inédite de puces électroniques partout dans le monde. 
  • Les fabricants québécois ne sont pas épargnés. L’impact de cette pénurie sur leurs ventes et leur catalogue actuel de produits est encore marginal. Mais si la pénurie se prolonge, elle risque de provoquer une hausse du prix de leur prochaine génération de produits.

La demande est en croissance partout, parce que les objets du quotidien contiennent de plus en plus de composants électroniques.

Or, la fabrication de composants s’est concentrée dans un petit nombre d’usines presque uniquement situées en Asie, et qui peinent à suivre la croissance de la demande.

Résultat: plusieurs grands fabricants dans le monde, dont General Motors, Samsung et Honda, sont affectés par une pénurie qui entrave leur production. 

Les fabricants québécois ne sont pas épargnés, même si l’effet de la pénurie ne se fait pas encore beaucoup sentir dans l’immédiat.

Sinopé, de Saint-Jean-sur-Richelieu, fait fabriquer en Chine la majeure partie de ses appareils connectés pour la maison. 

L’entreprise planifie actuellement sa production plusieurs mois d’avance. 

  • Maxime Labonté, son directeur commercial, assure à InfoBref que Sinopé est épargnée pour le moment.
  • «Mais s’il faut commencer à prévoir notre production un an ou un an et demi à l’avance, ce sera tout un casse-tête. On pourra peut-être éviter les retards, mais cela risque de provoquer une hausse de nos coûts.»

SmartHalo, fabricant montréalais d’un assistant électronique pour vélos, est dans une situation similaire.

  • «Il se peut qu’un plus gros joueur mette la main en priorité sur des composants déjà rares», explique à InfoBref Gabriel Alberola, cofondateur de SmartHalo.
  • «Quand on combine ce risque aux défis liés à l’impossibilité de se rendre en Chine à cause de la Covid, ça crée définitivement un casse-tête de production.»

La pénurie pourrait-elle provoquer le déménagement d’une partie de la production d’appareils électroniques en Amérique du Nord, un souhait cher au président américain Joe Biden?

Ce ne sera pas facile.

  • Certaines entreprises technologies ont déjà commencé à déménager leur production, observe Gabriel Alberola.
  • «Mais la Chine a développé une spécialité en assemblage qu’il sera difficile de reproduire ailleurs.»
Alain McKenna