ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le Dr Arruda parle des avantages «surestimés» du passeport vaccinal et de son «inconfort» face aux déclarations de Roberge sur les tests dans les écoles

Mis à jour le 26 mai 2021
par Johanna Sabys

Le directeur national de santé publique Horacio Arruda (Twitter)

  • Si la Santé publique donne le feu vert à un passeport qui permettrait aux personnes vaccinées d’accéder à certains services, son directeur national Horacio Arruda croit que son utilisation serait «assez marginale», et qu’elle soulèverait de nombreux «enjeux éthiques».
  • Le ministre de la Santé Christian Dubé a demandé à la Santé publique d’évaluer l’option d’un passeport vaccinal, et de déterminer dans quel contexte un tel passeport pourrait être utilisé. 

Devant l’Assemblée nationale, le Dr Horacio Arruda a également dit hier qu’il a ressenti un «certain inconfort» lorsque le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge a affirmé que le protocole des tests de qualité de l’air dans les écoles avait été approuvé par la Santé publique.

  • Arruda dit qu’il a alors demandé au ministère de l’Éducation de ne plus communiquer qu’il avait obtenu l’aval de la Santé publique. 

La Santé publique avait commenté le protocole, mais ne l’avait pas validé, a expliqué Horacio Arruda, qui s’exprimait aujourd’hui dans le cadre de l’étude par l’Assemblée des crédits du ministère de la Santé.

  • Sur les questions de ventilation, la position de la Santé publique avait été fixée par un comité tripartite d’experts.
  • Horacio Arruda dit ne pas savoir quels choix avaient alors été faits pour retenir certains commentaires plutôt que d’autres ni à quel point le ministre de l’Éducation était au courant.
  • Selon le directeur national de santé publique, Jean-François Roberge a pu interpréter que le protocole avait été approuvé alors qu’il ne l’avait pas été.
Johanna Sabys