ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les conservateurs accusent le gouvernement Trudeau de cacher des informations sur l’envoi de virus en Chine avant la pandémie

Publié le 17 juin 2021
par Johanna Sabys

Le chef du Parti conservateur Erin O’Toole (Source: Twitter)

  • Les députés conservateurs se sont retirés hier du Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement, pour ne pas être tenus au secret sur les détails d’un incident qu’ils jugent suspect.
  • Le Parti conservateur affirme que le gouvernement Trudeau utilise ce comité pour empêcher l’opposition de découvrir pourquoi l’Agence de la santé publique du Canada a congédié, en janvier dernier, un couple de scientifiques qui avait participé à l’envoi de virus à l’Institut chinois de virologie de Wuhan, en Chine.

Après cet envoi en 2019, Xiangguo Qiu et Keding Cheng avaient dû quitter le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg pour «d’éventuelles violations des protocoles de sécurité».

Le chef conservateur Erin O’Toole accuse les libéraux de cacher l’incident qui a provoqué ces congédiements.

Le gouvernement libéral a refusé de partager les documents relatifs aux congédiements avec un comité parlementaire, en invoquant des enjeux de sécurité nationale. 

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a préféré remettre ces documents au Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement.

  • Selon la ministre de la Santé Patty Hajdu, ce comité est l’organe «approprié» pour examiner ces documents.
  • Les membres de ce comité sont tenus au secret. Les membres conservateurs du comité n’auraient donc pas pu partager les informations qu’ils auraient pu recevoir.

Patty Hajdu affirme que les licenciements des deux scientifiques n’ont aucun lien:

  • ni avec le fait que Xiangguo Qiu a supervisé l’envoi du virus Ebola et d’un autre virus, Henipah, à l’Institut chinois de virologie de Wuhan en mars 2019;
  • ni avec le virus responsable de la Covid-19, qui est apparu pour la première fois dans la province chinoise de Wuhan.

Mais l’opposition suspecte un lien:

  • Elle réclame les documents non caviardés sur le transfert de virus à l’institut de Wuhan et sur les licenciements qui ont suivi.

Les partis d’opposition ont adopté hier une motion conservatrice qui déclare que l’ASPC commet un outrage au Parlement – parce qu’elle refuse d’obéir à une ordonnance, adoptée par la Chambre des communes, qui demandait d’obtenir les documents liés au licenciement des deux scientifiques.

  • La motion convoque également le président de l’ASPC Iain Stewart à comparaître à la Chambre des communes lundi prochain. 



Johanna Sabys