ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Ottawa resserre les règles pour obtenir un prêt hypothécaire

Mis à jour le 14 mai 2022
par Félix Côté
Ottawa resserre les règles pour obtenir un prêt hypothécaire

(Source: Unsplash)

  • Les critères du «test de résistance» que doivent passer les acheteurs de propriété seront rehaussés à partir du 1er juin.
  • Le gouvernement veut préparer les acheteurs à une éventuelle hausse des taux d’intérêt hypothécaires, qui ont atteint un plancher historique dans les derniers mois.

Le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) a décidé il y a quelques jours de rendre plus difficile le «test de résistance» pour les demandeurs d’hypothèques non assurées. 

  • Les prêteurs devront s’assurer que les emprunteurs pourront rembourser leur hypothèque même si le taux d’intérêt monte de 2 points (2%) par rapport au contrat, ou si le taux augmente à 5,25% – le test prendra en compte le taux le plus élevé de ces deux scénarios.

Le gouvernement fédéral a indiqué que ces nouvelles normes s’appliqueront aussi aux prêts assurés par la SCHL. 

  • Un prêt doit obligatoirement être assuré lorsque la mise de fonds est inférieure à 20% du prix d’achat de la propriété.  

Jusqu’au 1er juin, le taux plancher du «test de résistance» est de 4,79%. 

  • Le taux plancher du test va donc augmenter en juin de presque un demi-point (0,46%).

Pourquoi ce changement? Parce qu’au cours des derniers mois, plusieurs ménages canadiens ont contracté d’importants prêts hypothécaires par rapport à leurs revenus. 

La Banque du Canada s’est récemment inquiétée de cette situation.

  • Selon la Banque, la dette totale des ménages canadiens a augmenté de 4% depuis le début de la pandémie. 

L’augmentation de la dette des ménages coïncide avec l’augmentation de l’activité récente sur le marché de l’immobilier.

Félix Côté