ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevue

Naviguer sur Internet en français? C’est de moins en moins la norme

Mis à jour le 9 sept. 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • En seulement 2 ans, la proportion des adultes québécois qui utilisent le plus souvent le français pour naviguer sur Internet a chuté de 12 points de pourcentage. Elle est passée de 76% en 2020 à 64% cette année, selon une enquête NETendances menée par l’Académie de la transformation numérique de l’Université Laval. 
  • Pourquoi une telle baisse en si peu de temps? Le recul général du français, la pandémie et l’évolution des tendances numériques y ont contribué, dit à InfoBref Bruno Guglielminetti, expert en technologies et porte-parole des enquêtes NETendances.

Cette diminution concorde avec le recul du français dans les foyers. 

Entre 2016 et 2021, l’usage du français comme première langue parlée à la maison est passé de:

  • 79% à 77,5% au Québec; et
  • 22,2% à 21,4% au Canada. 

La pandémie a aussi joué un rôle, croit Bruno Guglielminetti.

Pendant le confinement, explique-t-il, les Québécois ont augmenté énormément le temps qu’ils ont passé sur Internet.

  • «Plusieurs se sont probablement aventurés sur des sites et des applications provenant de l’extérieur du Québec.»

De plus, dans certains foyers, «la transformation numérique s’est réellement faite dans les 2 dernières années», observe-t-il. 

  • Plusieurs Québécois se sont récemment équipés avec du nouveau matériel informatique.
  • Certains d’entre eux ont probablement choisi de conserver l’anglais, configuré par défaut, comme langue de navigation.  

Recevez gratuitement chaque jour par courriel l’essentiel des nouvelles économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Les réseaux sociaux ont également contribué au recul de l’utilisation du français sur Internet, car ils proposent de plus en plus de contenu dans des langues différentes.

En voulant copier TikTok, Facebook et Instagram ont augmenté la proportion de contenu proposée par des algorithmes, remarque Bruno Guglielminetti.

Or, beaucoup de ces contenus sont en anglais ou même dans d’autres langues. 

Il suffit donc qu’une personne consomme un peu de contenu dans une autre langue pour que ces plateformes lui proposent davantage de contenus similaires dans cette langue.

Félix Côté