ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Le Québec sort gagnant de la consolidation, en Amérique du Nord, des centres de données infonuagiques

Publié le 30 mars 2021
par Alain McKenna

(Source: Unsplash)

  • Le Canada est une destination de choix pour les géants de l’infonuagique – principalement américains – qui cherchent un endroit où établir leurs centres de données: le dollar canadien est faible, la main-d’œuvre est abordable, et le marché canadien des centres de données est fractionné. Il est donc facile pour une multinationale étrangère d’y faire des acquisitions.
  • Au Canada, le Québec se démarque en vendant son électricité à très faible coût, un facteur déterminant pour des centres informatiques énergivores. En plus, la province compte sur au moins un spécialiste de l’infonuagique qui veut s’imposer comme le leader national dans ce marché.

En acquérant hier la société torontoise Aptum Technologies, la société montréalaise eStruxture est devenue l’entreprise canadienne qui est le plus grand hébergeur infonuagique au pays.

Toutefois, le marché canadien est de plus en plus dominé par des entreprises américaines, comme la société californienne Equinix: elle était devenue l’an dernier le principal hébergeur au Canada en rachetant, au coût d’un milliard $, les centres de données de Bell Canada.

Le bas coût de l’hydroélectricité est – de loin – le premier facteur qui attire les investisseurs au Québec, dit en entrevue à InfoBref Todd Coleman, PDG d’eStruxture.

  • C’est ce qui explique pourquoi des géants comme Amazon sont venus s’établir à Montréal au cours des derniers mois.»
  • «Montréal est désormais sur le radar de tout le monde dans l’infonuagique.»

Google, IBM et Microsoft tentent de consolider le marché mondial de l’infonuagique. Cela avantage également le Québec, croit Todd Coleman.

  • À court terme, ces multinationales cherchent à faire des acquisitions à l’extérieur de l’Amérique du Nord, et elles établissent des partenariats avec des entreprises canadiennes pour faire croître leur présence au pays.
  • Cela laisse de la marge à une entreprise comme eStruxture, dont la stratégie de croissance par acquisitions est appuyée, entre autres, par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

À l’heure actuelle, les géants américains des technos sont donc plutôt des partenaires d’affaires que des concurrents pour eStruxture, assure son PDG.

  • «Ils le demeureront tant qu’il y aura de la croissance pour tout le monde dans l’infonuagique.»
Alain McKenna