ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

La bourse américaine semble prévoir une victoire de Joe Biden

Publié le 2 nov. 2020
par Alain McKenna

Joe Biden (Source: Twitter)

  • Depuis deux mois, la performance en bourse de sociétés qui devraient normalement profiter de l’élection du candidat démocrate a été nettement supérieure à celle de sociétés qui profiteraient d’une réélection de Donald Trump.
  • Les énergies renouvelables, l’agriculture et les sociétés manufacturières et exportatrices seraient avantagées par un président Biden, alors que les pétrolières et les grandes banques profiteraient d’un second mandat Trump, selon J.P. Morgan.

Deux portefeuilles fictifs ont été créés par la firme financière pour évaluer les attentes de la bourse américaine face aux élections: le premier regroupe des titres de sociétés qui profiteront plus des politiques démocrates, et l’autre, de sociétés qui seront favorisées par des politiques républicaines.

Ces deux derniers mois:

  • la valeur du portefeuille pro-Biden a gagné 4,5%;
  • celle du portefeuille pro-Trump a chuté de 16%.

Il y a quelques mois, on pouvait penser que les milieux financiers préfèreraient une victoire de Trump. Ce n’est plus le cas, observe dans un rapport Elyse Ausenbaugu, de J.P. Morgan.

  • «Plus tôt cette année, beaucoup pensaient qu’une administration démocrate serait néfaste pour l’économie, avec plus de taxes, plus de réglementation et des politiques favorisant les travailleurs.»
  • «Maintenant, on voit le bon côté de ces politiques: plus de dépenses publiques, une hausse du salaire minimum et des investissements massifs dans les infrastructures et les énergies propres.»

Si Trump est réélu, l’effet positif sur la bourse sera moindre que celui d’une victoire de Biden parce que, dans le contexte mondial actuel, les perspectives de croissance sont limitées tant pour le pétrole que les grandes banques, conclut l’analyste.

Alain McKenna