ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Jeune entreprise québécoise innovante

Visao facilite la promotion des équipements industriels et leur démonstration

Mis à jour le 20 nov. 2022
par Patrick Pierra

Thomas Paquin-Lamontagne», président et fondateur de Visao

  • Avant d’envisager l’achat d’une machine complexe ou d’un équipement lourd, un acheteur potentiel veut se faire rapidement une idée si le produit peut correspondre au besoin de son entreprise ou de son administration. De simples photos ne lui disent pas grand-chose, et il n’a pas le temps de plonger tout de suite dans de la documentation technique.
  • La jeune pousse québécoise Visao aide les fabricants d’équipements à mettre en valeur leurs produits par des animations 3D, disponibles en ligne, qui montrent comment l’appareil fonctionne et peut répondre au besoin des clients.

Le problème auquel s’attaque Technologie Visao, une entreprise de Québec qui a aussi un bureau à Montréal, est la difficulté, pour un fabricant de machines ou d’équipement complexe, de faire voir et comprendre ses produits à des acheteurs potentiels.

«C’est difficile de mettre un client devant une machine: il faut soit amener l’équipement dans un salon industriel, soit faire venir le client dans l’usine ou l’entrepôt», explique Thomas Paquin-Lamontagne, président et fondateur de Visao.

«C’est extrêmement couteux. Et ce n’est même pas toujours possible: ces machines ne sont pas forcément produites en volume suffisant pour qu’il y en ait toujours une disponible pour en faire la démonstration.»

Pour promouvoir en ligne des équipements lourds, on peut bien sûr en diffuser des photos et des vidéos, et afficher des descriptions et des caractéristiques techniques.

Mais ces contenus ont des limites. «Ils ne permettent pas toujours de bien comprendre comment la machine fonctionne, ni quels sont les avantages qu’elle offre», dit Thomas Paquin-Lamontagne.


RECEVEZ GRATUITEMENT chaque jour par courriel L’ESSENTIEL DES NOUVELLES économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


La solution que propose Visao – qui veut dire «vision» en portugais – est de créer un modèle en 3 dimensions de l’équipement à partir des fichiers de conception assistée par ordinateur (Cad) qui ont servi à le créer.

Pour chaque machine ou pièce d’équipement, le logiciel de Visao part de dessins industriels extrêmement détaillés qui ont servi au fabricant. Le logiciel permet d’enlever tous les détails superflus ou qui pourraient révéler des secrets de propriété industrielle, et de donner vie à la machine en lui donnant une apparence réaliste qui peut ensuite être animée.

«On peut alors générer des séquences de démonstration du produit, étape par étape, et les enrichir d’annotations ou de liens vers des documents plus précis», dit Thomas Paquin-Lamontagne.

Le résultat est une visionneuse en 3D qui permet à un client potentiel de voir l’appareil sous tous les angles, de bien comprendre son fonctionnement et de saisir les processus qui seraient liés à son utilisation.

Le logiciel est en ligne. Les documents 3D sont accessibles dans le nuage, soit à partir de liens web pour chaque objet ou séquence, soit sous la forme de code de type iframe qui peut être intégré dans une page web.

  • Le système génère aussi un code QR qui permet d’accéder directement à une séquence.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque matin en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 10 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour:
abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Le modèle d’affaires est une licence annuelle que Visao facture à chaque fabricant pour qu’il puisse créer des modèles 3D de ses produits.

Visao propose aussi à ses clients un service d’accompagnement, souvent pour créer leurs premiers modèles 3D, et leur apprendre à utiliser l’éditeur de séquences et à configurer les animations.

Actuellement, l’entreprise termine sa première année de commercialisation. Son logiciel est déjà utilisé par plusieurs dizaines de clients, au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe.

La plupart de ses clients vendent à des entreprises ou à des services publics, plutôt qu’à des consommateurs.

«Le cœur de notre marché est actuellement constitué de grosses PME de quelques centaines d’employés», dit Thomas Paquin-Lamontagne.


Entrepreneur·es, restez à l’affût des nouvelles économiques, financières, technologiques et politiques qui vous concernent en seulement quelques minutes par jour: abonnez-vous aux infolettres gratuites d’InfoBref ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Il cite en exemple:

  • Machinex, de Plessisville, dans le Centre-du-Québec, qui fabrique des machines de recyclage et de tri de déchets; et
  • SBI International, de Saint-Augustin-de-Desmaures, dans l’agglomération de Québec, qui fabrique des poêles à bois et des fournaises.

Visao comptera bientôt 8 employés. L’entreprise fait partie des 20 jeunes pousses sélectionnées cette année dans le programme Bourse+ de Startup Montréal[Découvrez d’autres jeunes entreprises québécoises innovantes soutenues par cet organisme et par d’autres.]

Prochaines étapes pour l’entreprise:

Visao veut exploiter d’autres applications de son logiciel en ligne, pour suivre ses clients après la phase de commercialisation de leurs produits.

«Une fois que le produit est vendu, dit Thomas Paquin-Lamontagne, les fabricants d’équipement veulent souvent fournir à leurs clients de la documentation pratique, des manuels d’instruction, ou des guides pour régler des problèmes fréquents. Nos modèles et animations 3D se prêtent parfaitement à ces besoins.»

Visao souhaite aussi augmenter ses ventes hors du Québec.

Alors qu’elle a pu jusqu’à maintenant se développer avec des fonds autogénérés, elle prévoit, pour soutenir sa croissance, de mener en 2023 un premier retour de financement en capital-actions.

Patrick Pierra