ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

L’accès à la propriété est devenu encore plus difficile à Montréal et à Québec

Mis à jour le 14 mai 2022
par Johanna Sabys

(Source: Pixabay)

  • Selon le dernier rapport de la Banque Nationale, l’indice d’«abordabilité», qui permet de comparer le coût d’achat d’un logement au revenu moyen, s’est encore dégradé au 2trimestre dans toutes les grandes villes canadiennes. Il s’agit de la plus forte détérioration depuis 1994. 
  • À Montréal, les paiements hypothécaires pour l’achat d’un logement coûtent maintenant en moyenne 32% du revenu médian. C’est la moyenne la plus élevée depuis 2000. À Québec, l’immobilier demeure plus abordable: les paiements hypothécaires coûtent en moyenne 22% du revenu médian. 

À l’échelle nationale, les ménages des grandes villes canadiennes doivent désormais consacrer en moyenne 45% de leurs revenus bruts à payer leur hypothèque – la moyenne depuis 1980 était de 43%.

Pourquoi l’achat d’un logement est devenu beaucoup moins abordable au dernier trimestre, selon le rapport [PDF]: 

  • La croissance des revenus et la baisse des taux d’intérêt étaient propices à l’amélioration de l’accessibilité immobilière ces 2 dernières années. 
  • Mais ce n’est plus le cas cette année, à la fois parce que «la croissance des revenus est facilement dépassée par la hausse des prix des maisons» et parce que les taux d’intérêt hypothécaires ont augmenté.

À Montréal, pour «financer adéquatement» l’achat d’une propriété, les ménages ont désormais besoin d’un revenu annuel d’au moins: 

Juste au cours du 2e trimestre, le prix des condos a augmenté de 4,6% et celui des autres logements, de 6%.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Dans la région de Québec, les ménages doivent avoir un revenu annuel d’au moins:

  • 100 000 $ pour une propriété unifamiliale, d’un prix moyen de 493 000 $; et
  • 72 000 $ pour un condo, d’un prix moyen de 356 000 $.
  • 67 500 $ pour financer l’achat d’une propriété unifamiliale, d’un prix moyen de 330 000 $; et
  • 46 500 $ pour un condo, d’un prix moyen de 228 000 $. 

Les logements ne redeviendront pas plus abordables cette année. 

  • Certes, ces dernières semaines, «les ventes de maisons ont ralenti, les prix semblent décélérer dans certains marchés, et les taux d’intérêt hypothécaires ont légèrement baissé», reconnaît le rapport.
  • Mais les indices liés à la revente montrent que le marché favorise encore l’augmentation du prix des maisons.
Johanna Sabys