ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le Québec accueillera jusqu’à 70 500 immigrants en 2022

Mis à jour le 14 mai 2022
par Johanna Sabys

(Source: Unsplash)

  • Le gouvernement Legault conserve sa cible d’immigration pour 2022: il compte toujours accueillir entre 49 500 et 52 500 nouveaux arrivants.
  • Dans son plan d’immigration présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale, Québec prévoit néanmoins d’y ajouter les 18 000 personnes qui n’ont pas pu être admises en 2020 à cause de la crise sanitaire. 

Ce rattrapage «permettra d’atténuer certaines répercussions socioéconomiques engendrées par la pandémie», croit la ministre de l’Immigration Nadine Girault. 

  • Les nouveaux arrivants supplémentaires pourraient «répondre aux besoins du Québec en matière de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs-clés», dit-elle. 

Le Québec attend presque 47 000 immigrants économiques

  • Ce total comprend 33 900 immigrants économiques attendus dans le programme régulier, soit 65% du nombre annuel des nouveaux arrivants; 
  • plus 12 700 admissions supplémentaires à cause du rattrapage.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Le Conseil du Patronat salue cette annonce «inattendue»

«On est surpris et heureux», dit Karl Blackburn, président et chef de la direction du Conseil du Patronat du Québec. 

  • Le CPQ presse le gouvernement depuis longtemps pour qu’il rehausse les seuils d’immigration économique afin de combler les besoins de main-d’œuvre à travers le Québec. 

Mais le «vrai défi» sera la réduction des délais

Le gouvernement doit «s’assurer que la machine administrative est en mesure de répondre aux attentes fixées», souligne Karl Blackburn. 

  • «Les délais actuels de traitement des demandes sont anormalement longs.» 
  • «On n’est pas plus avancé si les nouveaux arrivants doivent affronter des retards interminables», craint Karl Blackburn.
Johanna Sabys