ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Les Grands Lacs manquent de glace 

Publié le 16 janv. 2024
par Agence Science-Presse
Les Grands Lacs manquent de glace 

Les Grands Lacs (source: Nasa / Unsplash)

  • Les Grands Lacs sont normalement recouverts de glace à ce moment-ci de l’hiver. En moyenne, au moins 10% de la surface des Grands Lacs est gelée. 
  • Or, selon le Centre national des glaces des États-Unis, en date du 9 janvier, seulement 1,4% de leur surface était gelée.

En décembre dernier, le Service nord-américain des glaces prévenait que les 5 Grands Lacs (Supérieur, Michigan, Huron, Érié et Ontario) connaîtraient une saison des glaces inférieure à la moyenne. 

Depuis début janvier, tous les indicateurs montrent un retard par rapport à la moyenne de ce moment de l’année. 

Selon l’agence américaine des océans (NOAA), le 9 janvier, le lac Érié était toujours à 0% de couverture glaciaire et le lac Ontario, qui avait terminé l’année à 0%, avait timidement augmenté à 0,9%. 

Nous sommes au début de la saison des glaces. 

Une tendance générale à la baisse

En 2017, des chercheurs de l’Université du Michigan et de la NOAA rapportaient une baisse de la couverture glaciaire moyenne de 70% entre 1973 et 2017.

Selon l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis, le recul le plus fort est mesuré dans les lacs Ontario et Supérieur. 

Les conséquences

Globalement, moins de glace signifie moins de protections des rives contre l’érosion et plus de risques d’inondations. 

D’un point de vue écologique, la glace protège les œufs de certaines espèces et le plancton. 

En revanche, des eaux plus chaudes, ou bien l’apport de plus de matières organiques à cause des précipitations accrues, facilite la croissance d’algues.

L’industrie de la pêche peut se réjouir, puisque le manque de glace allonge sa saison.  Mais celle du tourisme en souffre, là où les villes et les villages comptent sur la pêche sur glace, le patin ou les paysages glacés.

Agence Science-Presse