ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Explication

GNL Québec pourra-t-elle fournir du gaz naturel à l’Ukraine?

Publié le 12 juin 2022
par Johanna Sabys

(Source: Symbio Infrastructure)

  • L’entreprise GNL Québec, de Saguenay, a conclu une entente pour fournir d’ici 2027 du gaz naturel liquéfié et de l’hydrogène liquide à l’Ukraine.
  • Or, Québec a rejeté l’an dernier son projet d’implanter une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay. Pour honorer cette entente, GNL Québec devra donc déposer un nouveau projet et convaincre le gouvernement.  

L’été dernier, le gouvernement Legault a rejeté le projet de GNL Québec parce qu’il n’avait pas rempli les 3 critères fixés par Québec [détails (22 juillet 2021)]: 

  • obtenir l’acceptabilité sociale; 
  • favoriser la transition énergétique; et 
  • contribuer à la réduction des gaz à effet de serre. 

Dans son rapport, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (Bape) affirmait que les risques engendrés par l’usine de liquéfaction étaient supérieurs aux avantages [détails (24 mars 2021)]. 


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Un accord de principe a été signé avec l’Ukraine.

Symbio Infrastructure, société mère de GNL Québec, annonce qu’elle a signé un accord de principe avec la société nationale Naftogaz Ukraine, pour l’achat de gaz naturel liquéfié et d’hydrogène liquide québécois. 

Mais il n’y aura pas d’exportation sans usine à Saguenay.

GNL Québec ne pourra pas exporter son gaz naturel et son hydrogène en Ukraine sans réaliser son projet d’usine de liquéfaction de gaz naturel Énergie Saguenay. 

Or, le gouvernement a déjà annoncé cette année, depuis le début de la guerre en Ukraine, qu’il n’avait pas l’intention de réévaluer le projet. 

  • Les élections de cet automne ne devraient pas changer la situation: les partis d’opposition s’opposent, eux aussi, au projet Énergie Saguenay. 

À Ottawa, le gouvernement Trudeau a rejeté l’an dernier le projet d’un gazoduc de 780 km qui aurait traversé l’Ontario et le Québec pour alimenter l’usine de liquéfaction à Saguenay.

  • Du côté de l’opposition, le candidat à la chefferie du Parti conservateur Jean Charest a annoncé en avril qu’il soutiendrait le projet de GNL Québec. 
Johanna Sabys