ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Les libéraux de Justin Trudeau conservent le pouvoir à Ottawa

Mis à jour le 29 sept. 2021
par Johanna Sabys
  • Les Canadiens ont réélu les libéraux. Justin Trudeau va demeurer premier ministre.
  • Mais le Parti libéral n’aura pas les 170 sièges requis pour obtenir une majorité en Chambre: le gouvernement restera donc minoritaire, et la composition du Parlement va rester très semblable à ce qu’elle était avant l’élection.

Le Parti libéral a actuellement 159 candidats élus ou en tête dans leur circonscription.

Tous les ministres sortants sont réélus ou en voie de se faire réélire, sauf 2: Bernadette Jordan, ministre des Pêches et Maryam Monsef, ministre du Développement économique rural.

Le discours de Trudeau, tard dans la nuit de lundi à mardi:

  • «Vous avez donné aux parlementaires un mandat clair pour qu’on en finisse une fois pour toutes avec cette pandémie.»
  • «Je vous ai entendus, ça ne vous tente plus qu’on parle de politique ou d’élections, vous voulez qu’on se concentre sur le travail qu’on doit faire pour vous.»

Que va-t-il se passer?

Le premier ministre Justin Trudeau peut tenter d’obtenir:

  • la confiance de la Chambre des communes; ou
  • l’appui d’autres partis.

Un gouvernement de coalition pourrait théoriquement être formé si le NPD ou le Parti vert se joignait aux libéraux.  

  • Le Bloc a déjà indiqué qu’il refuserait de se joindre à un gouvernement de coalition.

Les libéraux pourraient aussi chercher une coalition parlementaire, c’est à dire une entente avec un autre parti qui s’engagerait à appuyer le gouvernement sans pour autant y siéger.

  • Le NPD aurait suffisamment de sièges pour assurer une majorité stable à une telle coalition.

Mais le scénario le plus probable est que le Parti libéral va compter, comme c’était le cas depuis 2019, sur l’appui ponctuel d’autres partis pour certains votes, sans pour autant former une coalition stable.

Johanna Sabys