ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Pourquoi les démocrates veulent mener un procès perdu d’avance

Mis à jour le 11 août 2022
par Johanna Sabys
  • À l’issue du procès, les chances d’obtenir une condamnation de l’ancien président par le vote d’une majorité des deux tiers au Sénat sont très faibles, puisqu’il faudrait pour cela que 17 républicains s’allient aux 50 démocrates.
  • Néanmoins, les démocrates ont trois raisons de vouloir juger Donald Trump pour son implication dans l’assaut du Capitole, et ce même s’il n’est plus président.

Refuser de donner une impunité en fin de mandat présidentiel

Pour les élus démocrates responsables de la mise en accusation, renoncer à poursuivre Trump voudrait dire qu’à l’approche de la fin de leur mandat, les présidents peuvent violer en toute impunité leur serment de défendre la Constitution.

  • Ils accusent Donald Trump de s’être livré «à la pire violation de la Constitution jamais commise par un président américain».

Interdire à Trump de se représenter

L’ancien président a évoqué plusieurs fois son intention d’être candidat en 2024.

  • Si Trump était condamné par les Sénateurs, ils tiendraient ensuite un deuxième vote pour décider s’ils interdisent à l’ancien président de briguer tout poste électif.
  • Selon un récent sondage réalisé par ABC News-Ipsos, 56% des Américains estiment que les sénateurs devraient juger Donald Trump coupable et lui interdire d’être de nouveau candidat.

Marquer les esprits

Les démocrates pensent que les preuves contre Trump sont «accablantes».

  • Le procès sera retransmis en direct dans tout le pays.
  • Selon le Washington Post, ce serait l’occasion de diffuser, en plus des extraits du discours de Trump et des images de l’assaut du Capitole, des réactions violentes de manifestants pro-Trump aux propos de l’ancien président.


Johanna Sabys