ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Qu’allez-vous faire de toutes vos économies après la pandémie?

Mis à jour le 24 mai 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Qu’allez-vous faire de toutes vos économies après la pandémie?

(Photo Pixabay)

  • Les Canadiens ont économisé autant en 2020 que lors des sept années précédentes combinées. Leur taux d’épargne global sur l’année a été supérieur à 15%. Au pic de la première vague de la pandémie, il a même atteint 27,5%.
  • Résultat: ils nagent dans les surplus financiers. On estime à 212 milliards $ les sommes accumulées dans leurs comptes bancaires. Comment vont-ils s’en servir?

Ces bas de laine bien garnis sont le fruit d’une conjoncture rarissime.

D’abord, grâce aux généreux programmes gouvernementaux d’aides aux entreprises et aux travailleurs, le revenu disponible des ménages n’a pratiquement pas bougé par rapport à 2019.

Ensuite, les taux d’intérêt ont reculé à des niveaux jamais vus.

Enfin, les restrictions imposées par les autorités de la Santé publique ont beaucoup limité les dépenses. Moins de restos, de déplacements, de voyages, de spectacles, d’activités sportives, ça représente des milliers de dollars d’économie forcée par ménage.

Le chiffre de 212 milliards $ est étonnant et réjouissant. En plus, il s’est accumulé pendant que les familles dépensaient quand même de bons montants dans l’amélioration de leur foyer.

  • Les constructions neuves ont connu une croissance de 4,1% l’an dernier, tandis que les dépenses en rénovation ont augmenté de 4,8%.

Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


La consommation sera au cœur de la reprise

Tranquillement, les mesures de confinement s’allègent et les Canadiens rêvent de retrouver un semblant de vie normale. On n’ose pas encore faire de grands projets, mais on peut parier que lorsque le signal sera donné, les idées ne manqueront pas pour dépenser ces surplus accumulés.

Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les boutiques et magasins seront pris d’assaut.

Les salles de spectacles et les agences de voyages qui auront eu les reins assez solides vont renouer avec la prospérité.

Des milliers de célébrations de mariage, d’anniversaire, de promotion, de naissance et baptême, de graduation ou simplement de rassemblements familiaux de toutes sortes ont été annulés. On ne demande donc qu’un peu de liberté de mouvement pour les remettre à l’agenda!

Les restaurants, hôtels et salles de réception connaîtront un regain salutaire.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Trois trouble-fêtes

Sans exclure une troisième vague de pandémie qui serait due à des variants de la Covid-19, quoi d’autre pourrait freiner la reprise économique en 2021 dans les secteurs les plus touchés l’an dernier?

Je vois trois éléments qui pourraient jouer aux «casseux de party». 

1. L’excès de prudence des citoyens.

La pandémie nous a appris à conserver un bon fonds de prévoyance. Certains pourraient être plus craintifs et conserveront des liquidités importantes. Trop importantes.

2. Une correction sévère des marchés financiers pourrait refroidir l’ardeur des consommateurs.

La spéculation boursière a séduit de nombreux Canadiens. En 2020, le nombre d’ouvertures de nouveaux comptes de courtage direct a bondi de 159%.

Ces investisseurs novices ont peut-être pris des risques excessifs qui pourraient éroder leur valeur nette et… leur capacité de dépenser. 

3. La forte dépendance de l’économie canadienne au secteur immobilier n’est pas sans conséquence.

Le prix médian de revente des habitations fracasse des records.

En payant trop cher leur demeure, les Canadiens manqueront peut-être de fonds pour bien s’installer et reporteront les achats de meubles, stores, électros, piscine et accessoires de jardin.

Mais le pire n’est pas certain. L’hypothèse la plus probable est que vous allez réinjecter votre argent dans l’économie, et nous en profiterons tous.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major