ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

La Cop26 signera-t-elle l’arrêt de mort du charbon?

Publié le 4 nov. 2021
par Johanna Sabys

Boris Johnson et Joe Biden (Source: Cop26)

  • Le Canada et plus de 70 pays se sont engagés jeudi à ne plus construire de nouvelles centrales et à ne plus produire d’électricité à partir du charbon d’ici 10 ou 20 ans. 
  • Mais, une fois de plus, les plus grands producteurs de charbon de la planète ont préféré s’abstenir. 

«La fin du charbon est proche», croit le président de la Cop26 Alok Sharma. 

Les pays signataires s’engagent:

  • à ne plus investir dans de nouvelles centrales au charbon – ni dans leur pays ni à l’étranger; et 
  • à ne plus produire d’électricité à partir du charbon – à compter de 2030 pour les pays riches, et de 2040 pour les pays en développement.  

De grands consommateurs de charbon ont signé, comme le Vietnam, le Chili ou la Pologne – qui produit encore actuellement au charbon 80% de son électricité. 

Aux côtés des États, des dizaines d’organisations se sont aussi engagées à ne plus financer l’industrie du charbon.

Mais les plus gros producteurs sont absents: les États-Unis, l’Inde, l’Australie et surtout la Chine.

  • Les 3 premiers pays ont extrait ensemble près du quart du charbon produit dans le monde en 2019.
  • La Chine a augmenté à la mi-octobre sa production de charbon de plus de 10% pour la faire passer à 11,5 millions de tonnes par jour.

La fin du charbon est jugée essentielle pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C et atteindre la carboneutralité d’ici 2050. 

  • À terme, l’objectif de l’accord est que 190 pays s’engagent à ne plus utiliser le plus polluant de tous les combustibles fossiles.

En 2019, 37% de l’électricité mondiale était encore produite au charbon, principalement parce que c’est un combustible bon marché, dont de nombreux pays dépendent encore pour produire leur énergie.

Johanna Sabys