ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Fraude électorale: Trump a décidé de répandre un mensonge, dit le comité

Publié le 13 juin 2022
par Johanna Sabys

Donald Trump (Source: Bibliothèque du Congrès / Unsplash)

  • Selon le comité parlementaire du «6 janvier», Donald Trump a été informé par son équipe, dès le soir des élections, qu’il n’avait aucune raison de croire que la victoire lui avait été volée. Trump aurait donc choisi de mentir en dénonçant des fraudes électorales massives. 
  • Lors de la deuxième journée d’audience lundi, l’ancien procureur général américain William Barr, qui a démissionné en décembre 2020, a dit que l’ancien président était «déconnecté de la réalité» s’il croyait que l’élection était frauduleuse.

Bill Stepien, ancien directeur de campagne de Donald Trump, raconte que, le soir de l’élection, il lui a conseillé de dire qu’il était trop tôt pour annoncer un vainqueur.

Trump a préféré clamer sa victoire vers 2 h 30 du matin. 

Plus tard dans la journée qui a suivi le scrutin, lorsque Joe Biden a été donné vainqueur, il a affirmé, sur les conseils de son avocat Rudy Giuliani, que l’élection lui avait été volée. 

Ces allégations ont amené 250 millions $US.

Entre le 3 novembre 2020, jour de l’élection, et le 6 janvier 2021, jour de l’assaut du capitole, l’équipe de campagne de Donald Trump a récolté 250 millions $US en dons auprès de partisans de l’ancien président. 

Selon le comité du «6 janvier»: 

  • Les allégations de fraudes électorales véhiculées par Trump lui ont permis d’amasser beaucoup d’argent.
  • Cet argent devait normalement servir à financer la contestation en justice du résultat de l’élection. 
  • Or, une partie des 250 millions $US aurait plutôt été dirigée vers des entreprises ou propriétés détenues par l’ancien président. 
Johanna Sabys