ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Quels engagements permettraient de limiter le réchauffement à 1,5 °C?

Mis à jour le 22 juil 2022
par Johanna Sabys
Quels engagements permettraient de limiter le réchauffement à 1,5 °C?

(Source: compte Twitter de la Cop26)

  • Si les 200 signataires de l’Accord de Paris ne font pas mieux que respecter leurs engagements actuels, la Terre se réchauffera de 2,7 °C d’ici la fin du siècle, a alerté lundi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres dans son discours d’ouverture de la Cop26, à Glasgow. 
  • Patrick Bonin, porte-parole et responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace Canada détaille à InfoBref les 5 engagements qui, selon lui, devraient être pris dès aujourd’hui à l’échelle mondiale et par le Canada.   

Patrick Bonin dit que, pour espérer limiter le réchauffement de la Terre à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, les pays devraient immédiatement:  

1) Mettre fin à l’ère des combustibles fossiles en interrompant les nouveaux projets et en cessant les investissements et les subventions aux énergies fossiles.

2) Réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre, pour atteindre une réduction de 50% à l’échelle mondiale d’ici 2030 par rapport à 2005.

3) Rejeter un marché mondial du carbone basé sur des compensations d’émissions qui permettrait aux pollueurs de continuer à polluer. 

4) Verser 100 milliards $US par an aux pays les plus vulnérables. 

5) Dédommager les pays en développement des pertes et dommages.

Comment le Canada devrait bonifier ses engagements? 

Selon Patrick Bonin, le Canada devrait: 

  • agir beaucoup plus vite «s’il espère atteindre sa cible actuelle de 40 à 45% de réduction de GES d’ici 2030»; 
  • aller plus loin et plutôt réduire ses émissions d’au moins 60% d’ici 2030;
  • forcer le secteur pétrolier et gazier à «faire sa part»; 
  • interdire la vente de véhicules neufs à essence dès 2030 – et non 2035, comme prévu actuellement; et 
  • éliminer les subventions aux hydrocarbures dès aujourd’hui – Ottawa s’est engagé à le faire en 2023 – et ne plus approuver aucun projet.
Johanna Sabys