ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Analyse POLITIQUE

Système de santé: c’est l’heure de vérité

Publié le 1er avr. 2022
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Chroniqueur politique à InfoBref, ancien directeur du Devoir

[crédit photo: Jafar Ahmed | Unsplash]

  • La pandémie a été révélatrice des failles du système de santé québécois. Le soigner est urgent. C’est ce qu’entreprend le ministre Christian Dubé avec un plan en 50 points à réaliser en trois ans.
  • Cette nouvelle entreprise de réforme pourra-t-elle avoir plus de succès que les précédentes? La volonté de réussir est cette fois plus largement partagée.

De cette refondation, réforme, réorganisation, peu importe le terme employé pour décrire le plan rendu public mardi par le ministre Christian Dubé, l’important est l’accent mis pour redonner aux Québécois accès à leur système de santé.

Le ministre le promet «plus humain et plus performant».

Depuis des décennies, l’accès au système de santé est l’objet d’attention de tous les gouvernements.

Qui ne se souvient des promesses renouvelées de réduire les temps d’attente aux urgences ou à des chirurgies dites électives?

Enquêtes et rapports successifs n’ont pas changé fondamentalement les choses.

Les Québécois ont généralement été prêts à pardonner ces problèmes d’accès car, une fois admis dans le système, ils se félicitaient de la qualité des soins reçus.

La pandémie a sonné un réveil.

Il n’y a pas une famille qui n’a pas vu de près les difficultés du système de santé, toujours sur la corde raide, à remplir sa mission de soigner.

Tout n’a pas été mal durant ces deux ans de Covid-19. Il y a eu de bons coups comme la campagne de vaccination.

Mais il y a eu par ailleurs cette surmortalité dans les CHLSD qu’on n’a pu contrôler.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Les attentes des Québécois ont monté de plusieurs crans.

La pandémie se poursuivant avec cette sixième vague, le gouvernement Legault a plus que jamais l’obligation de réussir.

L’heure de vérité a sonné.

Les partis d’opposition ont reproché au ministre Dubé de préparer la prochaine plateforme électorale de la Coalition Avenir Québec.

Difficile qu’il en soit autrement. Il y aura des élections le 3 octobre.

La santé sera l’un des principaux enjeux. Les partis d’opposition demanderont des comptes au gouvernement sortant qui, pour sa part, cherchera à faire plébisciter son plan de changements.

Un mandat clair lui donnera plus d’autorité pour mobiliser les partenaires du système de santé et vaincre les résistances au changement qui ne manqueront pas de surgir.

L’appui des électeurs lui servira par ailleurs de levier pour légitimer sa revendication d’une augmentation de 6 milliards $ du financement du régime de santé par Ottawa.

  • Ces dollars sont essentiels pour augmenter le personnel hospitalier et le nombre de lits.

À la différence de ses prédécesseurs, le ministre Dubé peut toutefois compter sur une «prise de conscience sociétale» de la nécessité d’un grand coup de barre, pour reprendre l’expression du Dr François Marquis.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque matin en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 10 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour:
abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Obligé d’obtenir un premier succès avant les élections

N’empêche que Dubé doit confondre les sceptiques. Pour susciter l’adhésion à son plan, il aura besoin de montrer rapidement des résultats concrets et mesurables.

Premier test à réussir, il s’est engagé à mettre en place dès les prochains mois le Guichet d’accès à la première ligne destiné à ceux qu’on appelle les «orphelins» d’un médecin de famille.

  • Ceux-ci sont près d’un million.
  • À la fin de l’été, la majorité d’entre eux devraient pouvoir accéder à travers cet outil aux soins dont ils ont besoin.

À la veille du déclenchement des élections, il n’a pas le luxe de rater ce rendez-vous.

Pour recevoir l’analyse politique de Bernard Descôteaux un samedi sur deux dans votre courriel: abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Bernard Descôteaux