ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Analyse POLITIQUE

Les électeurs ne craignent plus les gouvernements minoritaires

Mis à jour le 14 mai 2022
Bernard Descôteaux
par Bernard Descôteaux
Chroniqueur politique à InfoBref, ancien directeur du Devoir

[Photo de Florian Schmetz | Unsplash]

  • Une tendance semble se dégager: 4 fois en moins de 20 ans, les électeurs ont voté pour un gouvernement minoraitre à Ottawa.
  • Loin d’être un accident de parcours, l’élection de gouvernements minoritaires devient la norme plutôt que l’exception.

Les élections passées montrent qu’un parti doit s’approcher ou franchir la barre des 40% d’appui pour obtenir les 170 sièges qui assurent une majorité.

Le paysage politique s’est peu à peu transformé ces dernières décennies à la faveur du fractionnement des courants idéologiques.

Aux deux dernières élections fédérales, 6 partis se sont affrontés alors que notre système électoral, uninominal à un tour, est conçu pour le bipartisme.

Les gouvernements minoritaires ne sont plus une exception.

Depuis l’élection de 2004, ce fut le cas 4 fois sur 6:

  • 4 gouvernements minoritaires et seulement 2 majoritaires ont été élus.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Les tiers partis font obstacle à la progression des deux grands partis historiques qui se partagent en alternance le pouvoir.

  • Le NPD et le Bloc québécois sont les empêcheurs de danser en rond du Parti libéral.
  • Le Parti conservateur doit aussi se méfier du Bloc et du Parti populaire de Maxime Bernier, qui est en montée.

L’équilibre des forces politiques qui s’est instauré ces dernières années devrait se maintenir, sauf revirements toujours possibles.

  • Ainsi, en 1993, l’effondrement du Parti conservateur, qui ne garda que 2 députés, changea la donne.
  • Il s’en est suivi 3 gouvernements libéraux majoritaires successifs.

L’élection à répétition de gouvernements minoritaires est indicatrice de l’évolution du comportement des électeurs:

  • Ils ne craignent pas l’instabilité politique inhérente aux gouvernements minoritaires.

Les partis sont obligés en situation minoritaire de pratiquer une forme de cohabitation qui favorise les compromis.

Il y a là une police d’assurance contre les excès auxquels peuvent conduire les gouvernements majoritaires.

  • Par exemple, en 2008, tout juste élu à la tête d’un gouvernement minoritaire, Stephen Harper avait dû plier devant l’opposition qui exigeait l’adoption de mesures de relance à l’aube d’une profonde récession économique.

Pour recevoir chaque jour par courriel l’essentiel des nouvelles politiques et économiques, inscrivez-vous gratuitement aux infolettres quotidiennes d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Bernard Descôteaux