ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS et INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

GAGNER plus

3 pièges à éviter avant de s’engager dans un deuxième emploi

Mis à jour le 13 janv. 2023
Olivier Schmouker
par Olivier Schmouker
Chroniqueur à InfoBref
3 pièges à éviter avant de s’engager dans un deuxième emploi

[photo: magnet.me | Unsplash]

  • Avec la hausse du cout de la vie, beaucoup sont tentés de compléter leur emploi principal par un deuxième – pas forcément un autre emploi à temps plein, mais peut-être à temps partiel, ou comme contractuel, ce qu’on appelle souvent en anglais un side hustle.
  • Ils doivent prendre gare: 3 pièges les guettent. Certaines précautions permettent de les éviter.

Inflation oblige, 41% des Canadiens estiment que leur salaire actuel ne suffit plus. En conséquence, ils prévoient se lancer dans un second emploi, selon un récent sondage du cabinet-conseil Accenture.

  • Ce deuxième job pourrait consister, selon eux, à garder des enfants, à promener des chiens, ou encore à vendre des produits en ligne pour le compte d’une entreprise.
  • L’idée principale est «d’arrondir les fins de mois».

Mais cette stratégie professionnelle des pièges. Voici 3 précautions à prendre:

1 ) Vérifiez que le second emploi est vraiment payant

Avant de vous lancer dans une seconde occupation professionnelle, mieux vaut prendre une calculatrice et regarder combien vous pensez pouvoir gagner pour chaque heure de plus que vous travaillerez.

  • Si cela vous permet de gagner autant de l’heure, si ce n’est plus, que votre travail existant, alors c’est intéressant sur le plan financier.
  • En revanche, s’il vous faut travailler beaucoup d’heures pour récolter une somme d’argent intéressante, il vaut peut-être mieux en chercher une autre, plus payante.

Pourquoi?

Tout bonnement parce qu’avoir un travail à temps plein est déjà exigeant, physiquement et psychiquement. En ajouter un second pourrait se révéler exténuant.

  • Cela risquerait de nuire à votre santé.

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent : abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


2 ) Vérifiez votre tranche d’imposition

En vous engageant dans une activité professionnelle parallèle, votre but premier est d’améliorer votre situation financière.

D’où l’intérêt de vérifier que le revenu supplémentaire ne vous fera pas passer dans une tranche d’imposition supérieure.

Si c’est le cas, et que vous payez une plus grande part d’impôt sur votre revenu supplémentaire, peut-être devriez-vous vous reposer la première question:

  • le gain financier net (après impôt) d’ajouter une deuxième occupation est-il si intéressant?

Ce point est vraiment à vérifier avec soin. Il est, malheureusement, trop souvent négligé ou méconnu. Rien ne serait plus rageant que de travailler plus pour, au final, pas grand-chose.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 12 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour:
abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


3 ) Vérifiez vos assurances

Opulence rime avec prudence. Voilà pourquoi il convient de vérifier que vos assurances actuelles couvrent bien les activités du deuxième emploi que vous envisagez de prendre.

S’il vous fallait payer de votre poche les soins consécutifs à la féroce morsure d’un chien que vous promèneriez, ou bien à la méchante chute que vous feriez en livrant des repas à vélo, cela pourrait se révéler dispendieux pour vous.

Renseignez-vous donc auprès de votre assureur et, le cas échéant, identifiez avec lui la meilleure option qui s’offre à vous:

  • payer un peu plus en assurances pour être adéquatement couvert en cas de pépin; ou
  • décliner l’autre job envisagée pour en trouver une autre qui, elle, sera couverte par votre assurance actuelle.

On ne devrait pas courir après l’argent n’importe comment. Comme dans toute course, avant de se lancer, il faut bien se préparer. Sans quoi, on risque d’aller droit dans le mur.

Pour recevoir chaque samedi la chronique «GAGNER plus» et les autres conseils de nos experts en finances personnelles et consommation, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre hebdomadaire InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Olivier Schmouker