ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

GAGNER plus

Comment avoir deux emplois vraiment payants (après impôts)?

Mis à jour le 3 sept. 2022
Olivier Schmouker
par Olivier Schmouker
Chroniqueur à InfoBref

[Crédit photo: Priscilla du Preez | Unsplash]

  • Arrondir vos fins de mois, régler plus vite vos dettes, vous offrir un cadeau luxueux… Il y a mille et une bonnes raisons financières d’occuper deux emplois en même temps, à temps plein ou à temps partiel.
  • Mais gare aux pièges fiscaux qui risquent de grever vos gains! Heureusement, il est possible d’esquiver ces pièges sans difficulté.

1. Le piège des retenues

Vos employeurs considèrent, chacun de leur côté, qu’ils sont votre unique employeur.

Par conséquent, lorsqu’ils effectuent des retenues sur votre salaire, ils ne tiennent pas compte du total de vos revenus.

Cela peut avoir un impact sur votre tranche d’imposition.

  • Par exemple, si l’un vous verse dans l’année 35 000 $ et l’autre 11 000 $, votre salaire réel sera de 46 000 $.
  • Cela vous fera automatiquement passer à une tranche d’imposition supérieure (20%) à celle correspondant à 35 000 $ et à 11 000 $ (15%).
  • En fin d’année, vos retenues à la source seront alors jugées insuffisantes, et vous risquez de devoir payer une pénalité.

Une solution? En parler ouvertement à vos deux employeurs, pour qu’ils ajustent à la hausse vos retenues à la source.


Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent : abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


2. Le piège du travail autonome

Si jamais vous êtes travailleur autonome, sachez que vous êtes fiscalement considéré comme étant l’exploitant d’une entreprise.

  • Cela signifie que vous êtes tenu de collecter la TPS/TVH et la TVQ si vous gagnez 30 000 $ ou plus au cours de 4 trimestres civils consécutifs (si jamais vous dépassez 30 000 $ en un seul trimestre vous devrez même commencer à les collecter immédiatement).

D’où l’importance d’anticiper une telle éventualité, en mettant toujours de côté une partie de l’argent gagné (idéalement, à hauteur des taxes en question).

3. Le piège des acomptes provisionnels

Le simple fait d’occuper plus d’un emploi est susceptible de vous obliger à payer des acomptes provisionnels aux deux ordres du gouvernement, quatre fois par an.

  • Ce sera le cas si vous avez eu un solde net d’impôt à payer en fin d’année dû au Québec supérieur à 1 800 $ deux ans de suite.

Pour pouvoir y faire face, l’idéal est de faire preuve de prévoyance, en épargnant une partie de vos revenus aux fins d’impôts. Il est souvent conseillé de mettre de côté à cet effet de 20 à 30% de vos revenus.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


4. Le piège des allocations et autres crédits

Si vos revenus connaissent une augmentation substantielle, cela peut avoir pour conséquence de diminuer vos allocations et autres crédits, au provincial comme au fédéral.

  • Trois exemples parmi d’autres: l’allocation canadienne pour enfants, le crédit d’impôt pour solidarité, et le crédit pour la TPS/TVH.

Il existe des parades aisées à mettre en œuvre:

  • cotiser le plus possible à votre Régime enregistré d’épargne-retraite (Reer), car cela mettra une partie de vos revenus à l’abri de l’impôt;
  • pour les travailleurs autonomes, déduire le maximum de dépenses admissibles en lien avec votre entreprise dont le revenu est imposable (factures de téléphone, fournitures de bureau, frais liés à l’utilisation de votre voiture dans un but professionnel, etc.).

Pour recevoir chaque samedi la chronique «GAGNER plus» et les autres conseils de nos experts en finances personnelles et consommation, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre hebdomadaire InfoBref Votre argent ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite

Olivier Schmouker