ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Nouveaux investisseurs autonomes: 3 risques à surveiller

Mis à jour le 10 août 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Nouveaux investisseurs autonomes: 3 risques à surveiller

[crédit photo: Sammie Chaffin | Unsplash]

  • Lorsqu’ils choisissent eux-mêmes leurs placements, les nouveaux investisseurs autonomes négligent souvent des biais de comportement.
  • Ils omettent aussi parfois de tenir compte des fluctuations importantes des devises.

La popularité des plateformes de courtage en ligne favorise l’arrivée de nouveaux investisseurs intéressés à gérer eux-mêmes leurs économies.

  • Cette tendance est assez marquée.
  • Elle est stimulée par la croissance importante des valeurs boursières depuis deux ans, mais aussi par des initiatives comme celle de Banque Nationale Courtage direct d’éliminer les commissions de transactions d’achat de FNB et d’actions. 

Plusieurs risques guettent les novices

À mon avis, les prochains mois vont «tester» l’aptitude des nouveaux investisseurs autonomes à supporter la vraie nature des marchés.

En plus des risques normaux inhérents aux placements boursiers, 3 risques sont à considérer. Les 2 premiers sont liés à la finance comportementale.

L’effet de récence est un biais cognitif facile à concevoir: en général, on accorde plus d’importance aux évènements récents et on a tendance à croire que les histoires toutes fraîches se répèteront.

Conduiriez-vous une voiture sport sur une route sinueuse des Rocheuses en gardant les yeux rivés sur le rétroviseur? La catastrophe serait assurée.

Non, les évènements récents observés en bourse en 2021, 2020 ou même 2019 ne vont probablement pas se répéter à moyen et long terme.

Quand on lit l’histoire économique, on constate qu’elle est ponctuée de surprises, d’évènements imprévisibles qui bousillent toutes les prévisions.


Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


L’excès de confiance se caractérise par un sentiment de contrôle qui nous amène à surestimer exagérément nos connaissances réelles.

Quelques bons coups peuvent nous donner l’impression d’être plus compétent qu’on l’est dans les faits.

L’excès de confiance tend à multiplier les transactions et… les erreurs.

Le risque de change est un troisième risque sur lequel j’attire votre attention.

Celui-ci est technique, mais non moins significatif pour la valeur d’un portefeuille.

Lorsque survient un évènement d’envergure, qu’il soit géopolitique, économique ou social, on observe souvent des mouvements importants de capitaux entre les différentes devises.

Cette volatilité peut être assez brusque.

Prenons l’exemple du dollar canadien qui est descendu à 69 cents américains en mars 2020.

  • Pour un investisseur canadien qui détenait des actions américaines, cette baisse a atténué la chute des marchés.
  • Mais, lorsque le huard a pris une envolée spectaculaire lors de la reprise des marchés, le même investisseur a perdu au change.

­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque mois nos conseils en finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Des milliers de dollars en moins

Cela a pu coûter cher à des investisseurs qui, l’an passé, n’ont pas choisi la bonne option parce qu’ils ont fait une fausse lecture des mouvements de devises, ou parce qu’ils ont surestimé leurs connaissances.

Un exemple: comparons la performance de deux FNB qui reproduisent le rendement de l’indice américain Nasdaq 100.

Depuis 12 mois:

  • le rendement du FNB Horizons Nasdaq 100 a été de 35,6%,
  • tandis que celui du FNB BMO Nasdaq 100 couvert en $CAN a été de 41%.

Un tel écart de 5,4% est significatif.

Sur le long terme, il peut finir par représenter des dizaines de milliers de dollars en perte d’opportunité.

Pour éviter ce risque, vous pouvez limiter vos investissements étrangers, approfondir vos connaissances, ou encore opter pour des solutions gérées qui rééquilibrent les proportions de vos catégories de placements et atténuent les risques liés aux devises en adaptant de façon dynamique les couvertures de change grâce à des algorithmes.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque mois dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major