ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Conseils pour vos FINANCES

Vos investissements financiers sont-ils bien protégés?

Publié le 25 mars 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref

[crédit photo: Christel Sagniez | Pixabay]

  • Votre maison, vos biens meubles, vos véhicules et même peut-être la vie des membres de votre famille sont protégés par des assurances. Mais vos économies, sont-elles adéquatement protégées?
  • En cas de conflit mondial, vos capitaux sont-ils à l’abri de la fermeture pure et simple de votre institution? Dans une large mesure, ils le sont. Explications.

Sans vouloir être alarmiste, le contexte inquiétant de la guerre en Ukraine est une occasion de faire le point sur les protections dont bénéficient les investisseurs et épargnants canadiens.

Passons-les rapidement en revue, selon la catégorie d’institution à laquelle vous avez confié votre argent.

Protection des placements dans les banques et des Caisses Desjardins

La garantie la plus connue est celle donnée par la Société de l’assurance-dépôts du Canada (SADC).

Elle protège les épargnants contre les risques de faillite des banques.

  • Les sommes détenues dans des comptes bancaires ou sous forme de certificats de dépôt (CPG et dépôts à terme) sont protégées à hauteur de 100 000 $ par compte et par personne.
  • Les dépôts en devises étrangères et les fonds communs vendus en succursale, eux, ne sont pas protégés.

Les caisses Desjardins offrent une protection similaire à celle des banques. Dans leur cas, cette protection est assurée par l’Autorité des marchés financiers (AMF).


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur Infolettres en haut à droite


Protection des placements dans les compagnies d’assurance

Si vous avez auprès d’une compagnie d’assurance des placements comme des CIG (certificats d’investissements garantis, qui s’apparentent à des CPG), des fonds distincts, des valeurs de rachat d’une police ou une rente, vous avez également droit à des couvertures importantes.

Assuris est l’organisme qui protège les clients en cas d’insolvabilité des compagnies d’assurance canadiennes. En cas de faillite:

  • Les produits de placement profitent d’une garantie allant jusqu’à 100 000 $, comme la SADC.
  • Les valeurs de rachat ont une protection couvrant jusqu’à 60 000 $.
  • La garantie sur les rentes, elle, est plafonnée à 2000 $ par mois.

­Consultez la section AFFAIRES et argent d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, chaque samedi la chronique Conseils pour vos finances et chaque mois le Bilan mensuel de la bourse. Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous ici à notre infolettre InfoBref Matin – l’essentiel des nouvelles en 5 minutes ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Protection des placements chez les courtiers

Ce sont les clients des firmes de courtage en valeurs mobilières qui bénéficient sans doute de la protection la plus généreuse.

En effet, le Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE) couvre les sommes investies jusqu’à 1 million $ par compte par personne.

Techniquement, un investisseur ayant un compte dit général (au comptant et CELI), un compte enregistré (REER, CRI, FERR ou FRV) et un REEE, jouit ainsi d’une protection de 3 millions $.

Ceci me fait dire qu’un particulier ayant un compte de courtage auprès d’une société membre du FCPE est certainement mieux protégé qu’un client d’une succursale bancaire.

Attention:

  • Comme dans les cas d’Assuris, de la SADC et de l’AMF, la garantie du FCPE ne couvre pas les pertes de valeurs dues à la volatilité des marchés financiers.
  • Ces garanties s’appliquent seulement dans le cas où votre institution ferait faillite.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque matin en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre gratuite InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 7000 Québécois la reçoivent chaque jour: abonnez-vous ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Précisions

Les risques de défaillance d’une institution sont à mon avis négligeables au Canada.

Les investisseurs devraient surtout songer à se protéger des risques de liquidité des placements non rachetables, comme les CPG et les billets liés.

  • Ne pas avoir accès à son argent à tout moment n’est jamais souhaitable.

Pour limiter le risque d’inflation, optez pour les titres qui rapportent de bons dividendes.

Aussi, il est maintenant largement admis que les actions des secteurs de la santé, des télécommunications, des services publics, les fiducies de placements immobiliers, les marchandises et l’or offrent une meilleure protection contre l’inflation que les autres catégories.

Le risque fiscal est aussi très sournois.

Avant de faire l’achat d’un placement dans un compte non enregistré, renseignez-vous sur le traitement fiscal des profits que vous espérez faire.

À long terme, sur le plan fiscal, le gain en capital est nettement plus avantageux que les intérêts et dividendes.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Fabien Major