ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

3 bonnes raisons d’ajouter des petites capitalisations maintenant

Publié le 10 mars 2023
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
3 bonnes raisons d’ajouter des petites capitalisations maintenant

[crédit photo: Nikolett Emmert | Pexels]

  • Pourquoi avez-vous besoin d’inclure des titres individuels, des FNB ou des fonds de petites et moyennes capitalisations dans votre portefeuille? Et pourquoi maintenant?
  • En plus du fort potentiel de hausse inhérent à cette catégorie – potentiel unique en lui-même, le moment serait particulièrement propice à l’achat.

C’est la seconde fois en quelques mois que je vous parle dans cette chronique des petites et moyennes capitalisations [voir Pourquoi miser sur les petites capitalisations (déc. 2022)].

Si j’y reviens, c’est parce qu’il y a devant nous une fenêtre d’entrée dans cette catégorie de placements, et qu’elle constitue une opportunité plutôt rare.

Rappelons d’abord que si un membre de votre famille avait investi 100 $ en 1950 dans l’indice total des petites capitalisations américaines, son gain annuel composé aurait été de 13,4%.

  • Cela signifie qu’en 2023, la valeur de son placement initial de 100 $ vaudrait presque 900 000 $.
  • C’est le temps et les intérêts composés qui ont réalisé ce petit miracle.

Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Quels sont les critères?

Les critères pour être considéré comme un titre boursier de petite capitalisation varient selon les pays et les règlementations.

Aux États-Unis:

  • Une petite capitalisation est une valeur boursière inférieure à 2 milliards $US.
  • Les moyennes capitalisations sont les titres ayant une valeur comprise entre 2 et 10 milliards $US.

Au Canada, les sociétés valant moins d’un milliard $ sont considérées comme des petites capitalisations.

En Europe, une petite capitalisation boursière est inférieure à 1,5 milliard $.

Le Celi est à mon avis le compte dans lequel placer les investissements en petites et moyennes capitalisations.

  • La raison principale est que cette catégorie de placements présente le plus fort potentiel de rendement.
  • Il est donc particulièrement prévoyant de les mettre à l’abri de l’impôt.

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque mois l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Il y a au moins trois raisons pour favoriser en ce moment les petites et moyennes capitalisations.

1 ) Le cycle naturel d’alternance de surperformance entre, d’une part, les grandes capitalisations et, d’autre part, les petites et moyennes capitalisations dure en moyenne 5 à 7 ans.

  • La fin d’un cycle économique arrive souvent avec une poussée importante des valeurs des grandes sociétés, comme c’est arrivé en 2021.

2 ) Les ratios cours/bénéfice du moment suggèrent qu’on peut actuellement acheter les petites et moyennes capitalisations au rabais.

  • L’escompte de ratio, par rapport aux grandes capitalisations, serait de 30%.

3 ) Quand on regarde l’histoire, les petites et moyennes sociétés surclassent les grandes capitalisations dans les 3 ans qui suivent les creux de marchés.

  • Ainsi entre 2009 et 2012, les petites capitalisations ont donné un rendement total de 34,3%, tandis que les moyennes ont rapporté 36,1%.
  • Dans le même intervalle, le S&P 500 a donné un rendement total de 28,8%.

Or, il est fort probable que le dernier creux a été atteint le 13 octobre 2022.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque mois nos conseils en finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Quels produits sont dignes d’intérêt?

Dans cette catégorie, le marché canadien des petites capitalisations n’arrive pas à la cheville du marché américain. Nous ne sommes pas dans la même ligue.

Plusieurs gestionnaires de talent parviennent à battre de manière convaincante l’indice Russell 2000, considéré comme l’un des principaux indices américains de petites capitalisations. Je pense entre autres à:

  • l’équipe Mawer, de Calgary;
  • Steve MacMillan, chez Fidelity; et
  • Philip Taller, de Placements Mackenzie.

Leurs fonds communs mondiaux ou américains de petites et moyennes capitalisations récoltent en moyenne un rendement annuel supérieur de 4 à 7% à celui de l’indice.

Les FNB américains d’Invesco et ProShares qui ciblent les titres de l’index S&P SmallCaps 600 avec certains filtres ou spécialisations sont aussi parmi les plus performants.

J’aime particulièrement le FNB Invesco SmallCaps 600 Revenue (NYSEArca: RWJ) qui classe les petites capitalisations selon leurs capacités à dégager des flux financiers positifs.

Aussi, ce FNB plafonne à un maximum de 5% la concentration qu’il peut détenir dans un titre.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque mois dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major