ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Conseils pour vos FINANCES

La gestion factorielle: la solution pour battre les indices?

Publié le 12 nov. 2021
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref

[crédit photo: Tima Miroshnichenko | Pexels]

  • Beaucoup d’investisseurs se contentent de fonds qui suivent une gestion indicielle: ils reflètent simplement un indice boursier. Si c’est votre cas, vous devriez vous intéresser à la gestion factorielle.
  • Ce type de gestion ajoute des filtres de sélection parmi les titres inclus dans les indices boursiers. Il peut diminuer les risques, et même augmenter les rendements.

La gestion passive indicielle, qui consiste à reproduire le rendement d’un indice boursier, a gagné beaucoup d’adeptes chez les investisseurs depuis plusieurs années.

Elle a des avantages. Mais trop d’une bonne chose peut avoir des effets négatifs.

Pour les comprendre, prenons l’indice principal de la bourse américaine, le S&P 500, et regardons sous son capot.

L’indice S&P 500 représente la performance globale des actions des 500 sociétés qui se négocient à la Bourse de New York ou au Nasdaq et qui ont la plus grande capitalisation boursière – soit la plus grande valeur totale de leurs actions cotées en bourse.

10 principales sociétés du S&P 500

TitreCapitalisationSecteur
1Microsoft 2520technologie
2Apple2470technologie
3Amazon1810consom. discrétionnaire*
4Tesla1030consom. discrétionnaire*
5Alphabet (Google)1980communications
6Meta Platforms (Facebook)933communications
7Nvidia766technologie
8Berkshire Hathaway649finance
9JP Morgan Chase496finance
10UnitedHealth Group435santé
Source: S&P Global, 29 octobre 2021
* «consommation discrétionnaire»: par opposition à la consommation de base, elle correspond à des produits et services que les consommateurs choisissent d’acheter selon leurs envies et leurs moyens financiers, et non des biens et services essentiels dont ils ne peuvent se passer.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent les deux bulletins quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur le bouton «Infolettres» en haut à droite


Cet indice est aujourd’hui extrêmement concentré dans les technologies.

  • 28% des entreprises sont classées dans la catégorie des technologies de l’information – qui est de loin la plus importante dans l’indice.
  • D’autres entreprises comme Amazon, Tesla, Google et Facebook sont classées dans d’autres secteurs, mais les technologies sont pourtant au cœur de leurs activités.
  • Les 5 plus importantes compagnies constituent, à elles seules, 25% de la valeur de l’indice. C’est du jamais vu.

La valorisation excessive de ces sociétés propulse vers le haut le ratio cours/bénéfice de tout l’indice.

Le ratio Shiller PE, qui divise le cours de l’action par la moyenne du bénéfice par action sur 10 ans corrigée pour tenir compte de l’inflation, est actuellement de 39,8.

  • C’est plus du double de sa moyenne de 16,9.
  • Et ce n’est pas très loin de son sommet historique de 44,2 en décembre 1999.

Cela ne me dit rien de bon.

  • Quelqu’un qui achète maintenant l’indice S&P 500 s’assure de payer toujours plus cher les titres qui ont déjà progressé le plus, augmentant ainsi ses risques.

­Consultez la section AFFAIRES, argent et carrière d’InfoBref avec nos nouvelles brèves en semaine et, chaque samedi, la chronique Conseils pour vos finances. Pour les recevoir par courriel, abonnez-vous gratuitement à nos infolettres quotidiennes ici ou en cliquant dans INFOLETTRES en haut à droite.


Des facteurs pour corriger les défauts des indices

Heureusement, la recherche sur la gestion indicielle nous offre maintenant des outils novateurs qui changent la donne, en identifiant des facteurs qui devraient réduire la volatilité et augmenter le rendement à moyen et long terme.

Ces facteurs sont des critères de sélection des titres au sein des grands indices. Les principaux sont:

  • le momentum (le fait qu’un titre ait eu une performance intéressante dernièrement);
  • la valeur (le fait qu’un titre soit relativement peu couteux par rapport à la valeur financière objective de la société);
  • le potentiel de croissance de l’entreprise;
  • l’historique et le potentiel de croissance des dividendes;
  • la «qualité» de l’entreprise;
  • la faible volatilité du titre; ou
  • la bonne performance de l’entreprise selon des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Pour donner une idée de l’impact d’un choix approprié de ces facteurs, prenons cet exemple.

  • L’an passé, l’investisseur qui a choisi un FNB reflétant l’indice MSCI monde «de base» a obtenu un rendement de 15,9%. 
  • Mais celui qui a plutôt choisi de miser sur un FNB reflétant l’indice MSCI monde «Qualité» a gagné 22,2%.

[La version Qualité retient seulement, dans l’indice de départ, les sociétés qui offrent un rendement par action supérieur à la moyenne, une croissance soutenue des bénéfices, et un faible endettement.]

6,3% de différence entre les deux: à long terme, cela peut représenter des milliers de dollars de plus dans vos poches.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement ici au bulletin de nouvelles quotidien InfoBref Matin

Fabien Major