ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Conseils pour vos FINANCES

Ne succombez pas à la tentation du CPG

Publié le 26 août 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref

[crédit photo: Glenn Carstens | Unsplash]

  • De nombreux investisseurs sont découragés par les fluctuations des marchés et songent à déplacer une partie de leurs capitaux vers des certificats de placement garanti (CPG).
  • Il est vrai que les taux offerts pour ces placements sont plus généreux qu’avant. Mais ils ne parviendront pas à compenser l’effet de l’inflation, ni celui de l’impôt sur le revenu.

Depuis la dernière hausse du taux directeur au Canada, les banques, caisses et fiducies ont augmenté significativement les taux de leurs CPG.

Il n’est maintenant pas difficile de trouver des certificats offrant des rendements annuels au-dessus des 4%.

Malgré cela, je ne crois pas que mettre son argent dans des CPG soit la meilleure idée, même pour un investisseur prudent.

Après impôt et si l’on tient compte de l’inflation, les certificats donnent toujours des résultats nets négatifs.

C’est pire cette année.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


L’équation est simple:

4,19% de rendement brut (le meilleur taux disponible 1 an actuellement pour un CPG d’un an)

– 1,68% en impôt (à un taux d’imposition de 40%)

– 7,26% (taux d’inflation annualisé en juillet)

= – 4,75% de rendement net.

Est-ce que les obligations et les actions feront mieux?

Il n’y a pas de certitude, mais les probabilités jouent en leur faveur.

Au fur et à mesure que l’inflation s’estompe et que la fin de la période de hausse de taux directeurs par les banques centrales approche, les valeurs marchandes des obligations gouvernementales et des sociétés augmentent.

Quant aux actions, les indices ont déjà récupéré depuis juillet entre 7 et 12%, ce qui est nettement plus que l’inflation.


Découvrez les autres chroniques Conseils pour vos finances de Fabien Major, publiées chaque samedi dans InfoBref Votre argent.
Pour recevoir gratuitement par courriel ces chroniques et celles de nos autres experts en finances et consommation, et chaque jour l’essentiel des nouvelles financières et économiques, inscrivez-vous gratuitement aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Une fenêtre unique dans l’histoire pour les obligations

Je crois fermement que nous avons en ce moment une des plus belles fenêtres d’opportunité pour entrer dans le marché des fonds et FNB d’obligations. Pourquoi?

  • Lorsque les séquences de hausses de taux d’intérêt directeurs se terminent, un vent favorable souffle vers les portefeuilles obligataires.
  • Depuis 2 ans, ceux-ci font le plein d’obligations de qualité qui ont été parfois bradées au rabais.
  • Certaines obligations dont le capital est pleinement garanti ont été cédées à 85 cents dans la piastre.

Il y a donc déjà un gain en capital technique de 15%, et les coupons d’intérêt s’y ajoutent.

N’oublions pas non plus qu’avec l’augmentation des taux, les nouvelles émissions obligataires offrent des conditions encore plus avantageuses que les CPG.

Par exemple, le rendement annualisé des versements du FNB BMO Obligations de sociétés américaines à haut rendement (TSX: ZJK) est maintenant de 6,30%, sans compter l’appréciation du gain en capital qui se produira inévitablement.

  • Si cette appréciation n’est que de 5%, pour demeurer conservateur, cela résulterait quand même un rendement potentiel total de 11,3%.

Dans le cas du Fonds d’obligations de société Manuvie, le rendement moyen des titres détenus est de 6,79%.

  • Ici aussi, on peut anticiper que ces intérêts seront bonifiés par un gain en capital intéressant.

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent : abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Enfin, je préfère de loin les actions et obligations aux CPG, non seulement pour leur capacité à protéger notre pouvoir d’achat des effets de l’inflation, mais aussi pour leur grande liquidité.

  • Les actions et obligations peuvent être revendues en tout temps.
  • Vos économies ne se trouvent ainsi jamais immobilisées.    

Voici, pour chaque terme, les taux de CPG les plus élevés qu’on peut trouver au Canada* actuellement:

TermeTauxÉmetteurDépôt minimum
1 an4,19%Bridgewater5000 $
2 ans4,35%Banque équitable1000 $
3 ans4,40%CWB5000 $
4 ans4,45%Coast Cap5000 $
5 ans4,62%Bridgewater5000 $
Source: Cannex, 24 août 2022; taux annuels, CPG non rachetables
*Attention, certains de ces produits ne sont peut-être pas accessibles aux résidents du Québec.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant sur Infolettres en haut à droite

Fabien Major