ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Conseils pour vos FINANCES

La bourse canadienne est en feu, mais plusieurs fonds performent encore mieux

Mis à jour le 10 août 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref

(Source: Gerd Altmann / Pixabay)

  • Depuis le début de l’année, la performance de l’indice boursier des entreprises canadiennes S&P/TSX surpasse celle des grands indices américains comme le Dow Jones et le Nasdaq.
  • La bourse canadienne connait une année extraordinaire grâce notamment aux titres des secteurs de l’énergie et des finances, et à quelques sociétés industrielles. Et certains gestionnaires de fonds communs de placement font encore mieux.

À l’échelle mondiale, l’indice composite de la bourse de Toronto S&P/TSX affiche une vigueur inégalée.

Avec un gain cumulatif de 22% depuis le début de l’année, il a fait mieux que les grands indices mondiaux dont:

  • l’indice MSCI Monde tous pays (+14,9%);
  • l’indice des plus grandes capitalisations de la zone Euro – Euro Stoxx50 (+17,9%);
  • l’indice de petites capitalisations américaines Russell 2000 (+16%); et même
  • l’indice principal des grandes capitalisations américaines S&P 500 (+21%).

Bon nombre de fonds canadiens surpassent l’indice

Si vous avez investi dans un des nombreux FNB qui calquent ou suivent de près les mouvements du S&P/TSX, comme XIC et XIU de iShares, ZCN de BMO ou VCN de Vanguard, vous récoltez à peu près le rendement de l’indice moins les frais.

  • Il est donc techniquement impossible de surclasser l’indice par un FNB indiciel.

Mais, parmi les gestionnaires qui sélectionnent un par un les titres canadiens selon leurs propres critères et analyses, plusieurs ont eu la main chanceuse.

On peut dire que 2021 est une année faste pour la gestion active jusqu’à maintenant.

En filtrant l’univers des fonds canadiens, j’ai identifié 1369 fonds communs de placement, sur un échantillon de 2396, qui ont fait mieux que l’indice: leur rendement cumulatif depuis le début de l’année est supérieur à 22%.


FondsRendement en 2021*Moyenne sur 5 ansFrais
Lysander-Crusader revenu d’actions (F)+39,1%8,5%1,21%
Dynamique Power petites sociétés I+37,2%18,1%1,21%
Edgepoint port. canadien (F)+36,7%10,6%0,98%
Invesco d’actions Pur Canada (PTF)+33,6%+9,3%0,80%
Mackenzie Petites cap. canadiennes (D)+31,6%+11,9%1,62%
DFA vecteur d’actions can. (F)+30,6%+7,1%0,39%
RBC Port. privé moyenne cap. (F)+30,3%+14,8%0,76%
NEI actions can petites cap (ER PF)+29,4%+9,2%1,48%
BMO Fonds revenu mensuel élevé II (F)+29,3%+7,1%0,74%
CI Canadien de dividendes (EF)+28,9%+11,1%1,21%

Source: recherche de Fabien Major dans la base de données de Morningstar et Barchart
*Rendements calculés en date du 27 octobre 2021

­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Souvenez-vous que le rendement de 2021 est maintenant derrière nous.

Bien que les performances passées soient assez attrayantes, rien ne peut garantir que ces fonds répéteront le même genre d’exploit l’an prochain.

Il est recommandé, lorsqu’on investit dans des fonds, de le faire dans un horizon à long terme.

Je suggère de regarder attentivement les résultats moyens annualisés des fonds qui vous intéressent sur 3, 5 et 10 ans s’ils sont disponibles.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


CONSEILS

  • Parmi les ratios d’analyse à considérer, le ratio de Sharpe vous révèle la valeur ajoutée d’un gestionnaire par rapport à un investissement sans risque comme les bons du Trésor. Plus ce ratio est élevé, plus le fonds est performant.
  • Bien que le poids du Canada dans la finance mondiale ne soit que de 4%, les investisseurs canadiens devraient détenir une proportion plus importante de leur portefeuille en actions canadiennes. Je recommande d’y investir entre 15 et 30% de ses actifs, selon votre profil de risque.
  • En plus de ne pas avoir à se soucier de l’effet de taux de change sur les actions et les fonds d’actions canadiennes, l’investisseur qui en achète participe à l’économie de son pays et contribue à maintenir des emplois chez nous. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’Agence du revenu du Canada impose moins les dividendes canadiens que les dividendes de sources étrangères.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major