ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

ENTREVUE

Dette, budget et méga projets: comment Joe Biden va-t-il s’en tirer?

Publié le 29 sept. 2021
par Johanna Sabys
  • Le président américain doit faire voter le budget fédéral et son plan d’infrastructure, et il doit faire relever le plafond de la dette américaine d’ici le 18 octobre pour que les États-Unis restent solvables. 
  • John Parisella, ancien délégué général du Québec à New York, explique à InfoBref qu’il ne faut toutefois pas «surdramatiser»: les États-Unis n’en sont pas à leurs premiers shutdown lié au vote du budget. Mais les démocrates vont devoir faire des compromis s’ils veulent faire passer leurs projets et ne pas déclencher «une crise économique mondiale». 

1. Budget fédéral

Les parlementaires ont jusqu’à jeudi soir à minuit pour adopter le budget fédéral et éviter que le financement de tous les services fédéraux soit coupé. 

Le budget sera-t-il voté d’ici vendredi? 

  • Non. À cause des enjeux politiques en cours, cela pourrait traîner plusieurs jours, croit John Parisella. 
  • Mais le Sénat était mercredi prêt à voter un projet de loi budgétaire temporaire pour prolonger le budget actuel jusqu’au 3 décembre. 
  • Un tel budget temporaire devrait ensuite être approuvé par la Chambre des représentants. 

Ce ne serait pas la première coupure 

  • Dans les 30 dernières années, Bill Clinton et Barack Obama sont même ressortis plus forts de leur shutdown, souligne John Parisella. 
  • En revanche, ce n’est pas le cas de Donald Trump, dit-il. Trump a connu le plus long arrêt des services gouvernementaux de l’histoire – 35 jours – entre décembre 2018 et janvier 2019. 

2. Méga plan d’infrastructure de Biden 

La Chambre des représentants doit entériner jeudi le plan d’infrastructures de 1200 milliards $US, qui a déjà été adopté au Sénat il y a quelques semaines.  

Son sort sera-t-il scellé demain?  

  • Rien n’est moins sûr, et la menace vient du camp démocrate. 
  • L’aile gauche du parti, menée par Bernie Sanders, a lié le sort du plan d’infrastructures à celui sur les réformes sociales, d’un montant de 3500 milliards $US. 
  • Les progressistes menacent de voter contre le plan de 1200 milliards $US si les centristes ne s’engagent pas à soutenir le plan de 3500 milliards $US.

Le camp démocrate devrait trouver un compromis, croit John Parisella. 

Si l’aile gauche refuse de revoir à la baisse le plan social, «les 2 projets pourraient tomber». 

En revanche, dit-il, si le méga plan social, même un peu allégé, réussit à passer:  

  • Biden deviendrait l’un des rares présidents à avoir «transformé» le pays; 
  • «ce serait la plus grande réforme depuis les années 30»; et  
  • ce serait «mieux que rien pour les progressistes». 

3. Plafond de la dette

Les démocrates ont voté en Chambre mercredi un projet de loi pour suspendre l’application du plafond à la dette fédérale au moins jusqu’en décembre. 

  • Mais les républicains refusent de suspendre le plafond de la dette: ils ne veulent pas qu’une suspension offre un chèque en blanc à Biden pour ses méga plans qu’ils jugent «irresponsables».  
  • Pourtant, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a prévenu le Congrès que le gouvernement fédéral épuisera rapidement ses dernières ressources si le plafond de la dette n’est pas relevé d’ici le 18 octobre.  

Si le plafond n’est pas relevé, ce serait une «catastrophe», dit Parisella.  

  • Il n’est toutefois pas très inquiet: il croit que le plafond de la dette sera forcément relevé «aux alentours du 18 octobre». 
  • Dans le pire des cas, les démocrates relèveront le plafond «sans l’appui des républicains», ce qui serait «malheureux», mais ce serait fait.
Johanna Sabys