ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Y a-t-il une bulle de l’or, en train de se dégonfler?

Mis à jour le 10 août 2022
par Alain McKenna
Y a-t-il une bulle de l’or, en train de se dégonfler?

(Source: Pixabay)

  • L’or a rempli son rôle de valeur refuge pour les investisseurs durant les six premiers mois de la pandémie, atteignant en août dernier la valeur record de 2000 $US l’once. Mais depuis, son prix n’a pas cessé de redescendre. À un peu plus de 1750 $US l’once actuellement, il est à un creux sur six ans.
  • Ce recul n’est pas terminé: l’intérêt des investisseurs se porte davantage sur les métaux «industriels» comme le cuivre et le nickel, et sur le bitcoin, présenté par plusieurs comme une valeur refuge numérique pour l’économie de demain. 

La montée du bitcoin est un des événements d’une «tempête parfaite» qui provoque un désintérêt envers l’or, explique dans une note Peter Thomas, vice-président de la firme d’investissement américaine Zaner – une référence dans l’analyse du cours des métaux précieux.

  • Des investisseurs audacieux préfèrent aujourd’hui les métaux industriels aux métaux précieux comme l’or et l’argent. L’électrification des transports provoque une hausse de la demande en nickel, en cuivre et en cobalt, qui accroît leur valeur.
  • Les investisseurs plus conservateurs, pour leur part, boudent l’or parce que le rendement des obligations du Trésor américain est en hausse. Ce rendement est stimulé par la vigoureuse reprise économique que les économistes prévoient pour la deuxième partie de cette année.

Sauf que ce recul de l’or n’est probablement que temporaire. 

Après tout, l’or existe comme valeur refuge depuis des centaines d’années et il est beaucoup moins volatil que son équivalent numérique, écrivait la semaine dernière dans le site Business Insider l’analyste David Rosenberg, ancien économiste en chef de la firme Merrill Lynch Canada:

  • «Le jour où la Reine Elizabeth échangera l’or de sa couronne pour de la cryptomonnaie, je changerai d’avis.» 

Surtout, une fois que la campagne de vaccination sera bien amorcée, les consommateurs devraient recommenceront à dépenser, ce qui pourrait faire monter l’inflation, affecter négativement le rendement des obligations, et ramener certains investisseurs vers l’or comme actif sûr.

Alain McKenna