ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Détecteur de rumeurs

Variant Omicron: est-il trop tôt pour s’alarmer?

Publié le 28 nov. 2021
par Agence Science-Presse
Variant Omicron: est-il trop tôt pour s’alarmer?

(Source: Pixabay)

  • Les autorités sanitaires d’Afrique du Sud ont détecté la semaine dernière un nouveau variant du coronavirus sur leur territoire. L’Organisation mondiale de la santé l’a classé dès vendredi parmi les variants «préoccupants». 
  • L’arrivée d’un nouveau variant potentiellement plus contagieux a de quoi inquiéter, mais on sait encore peu de chose sur le variant Omicron. 

L’OMS a classé le variant baptisé Omicron parmi les variants «préoccupants» parce qu’il possède une trentaine de mutations sur la protéine qui facilite l’infection de nos cellules par le virus, soit plus du double de mutations que le variant Delta. 

1) Omicron est-il un «nouveau» variant? Pas si sûr.

Selon les premières analyses génétiques, le variant a pu avoir, quelque part dans le monde, des «grands-parents» avec 29 ou 28 mutations qui n’ont pas été détectés.

  • Selon la plateforme NextStrain, qui recense les séquences génétiques de plus de 4000 échantillons du coronavirus depuis janvier 2020, Omicron aurait comme plus proches parents «connus» des virus du milieu de 2020. 
  • Les premiers échantillons d’Afrique du Sud, du Botswana et de Hong Kong, dont les chercheurs ont analysé les gènes, révèlent qu’il fait partie d’une famille du virus qui s’est détachée des autres vers le mois de juin 2020. 

Ce variant circule donc depuis un an et demi sans que des échantillons n’aient été récoltés pour procéder à des analyses génétiques. 

Concrètement, cela signifie qu’Omicron a probablement circulé dans un ou des pays qui font peu de surveillance génétique, soit d’autres pays que l’Afrique du Sud (qui possède un système d’alerte réputé).

2) Est-il plus contagieux? On ne le sait pas encore.

L’Afrique du Sud a pu le détecter parce qu’il y a eu une soudaine explosion du nombre de cas dans une région du pays. 

  • En seulement une semaine, le nombre de cas est passé de 200 à plus de 2000 nouveaux cas par jour. 

Cela pourrait donc indiquer une très forte transmissibilité.

Mais cela pourrait aussi être dû au faible taux de vaccination dans le pays, qui est seulement de 24%. 

3) Est-il résistant aux vaccins? C’est peu probable.

Tous les variants qui ont été classés «préoccupants» étaient porteurs de caractéristiques inquiétantes.

Or, les vaccins anti-Covid existants se sont jusqu’ici révélés aussi efficaces – ou légèrement moins efficaces, mais jamais inefficaces. 

  • Le variant Beta qui avait, lui aussi, été identifié pour la première fois en Afrique du Sud, semblait initialement avoir une plus grande capacité à tromper nos défenses immunitaires. 
  • Mais il s’est finalement révélé assez peu contagieux. 

4) Provoque-t-il des cas plus graves? On ne sait pas non plus.

Les autorités sanitaires sud-africaines ont souligné vendredi que les patients observés jusqu’ici avaient tous des symptômes «légers».

Maintenant que le variant a été identifié, tous les pays pourront le détecter parmi les cas de Covid-19 déclarés, avec de simples tests de dépistage PCR. 

  • Les nouveaux cas qui seront découverts donneront une meilleure idée de son niveau de transmissibilité.

Les experts affirment qu’il faudra attendre 2 à 3 semaines avant de pouvoir mieux cerner ce variant. 

Agence Science-Presse