ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Dubé prévoit des ruptures de service en santé cet automne

Publié le 14 sept. 2021
par Johanna Sabys

Le ministre de la Santé Christian Dubé (Source: Émilie Nadeau / Twitter)

  • Les établissements québécois doivent se préparer à faire «des choix de services» dans les prochaines semaines pour ménager le personnel soignant, avertit le ministre de la Santé Christian Dubé.  
  • Il manque actuellement 4000 infirmières dans le réseau. La pénurie de main-d’œuvre est plus importante que prévu, admet Christian Dubé, qui ne pensait pas avoir de tels «problèmes de personnel» après 18 mois de pandémie. 

Le ministre de la Santé avait autorisé les travailleurs du réseau à prendre des vacances méritées cet été. 

Mais il n’avait pas prévu une telle pénurie dès la rentrée.

  • Dans certaines régions, comme l’Abitibi-Témiscamingue, il faudra, dit-il «fermer l’urgence pour s’assurer qu’il n’y ait pas de bris de services».
  • Mieux vaut «fermer quelques heures» que de garder l’urgence ouverte 24h avec du personnel «épuisé».  
  • Cela lui semble préférable que d’avoir «des services qui ne sont pas sécuritaires pour les employés ou les patients».

Plusieurs établissements font déjà face à des bris de services en Outaouais, en Abitibi-Témiscamingue, sur la Côte-Nord et dans le Bas-Saint-Laurent. 

  • Le ministre de la Santé craint que la pression exercée par la pandémie provoque également des ruptures à Montréal.

Pas de changement pour le rattrapage des chirurgies

  • Dès le mois prochain, Québec souhaite toujours en finir avec le délestage, et faire passer le nombre mensuel de chirurgies de 10 000 à 36 000.
  • Les objectifs fixés en juin restent les mêmes tant que la pandémie ne s’aggrave pas à Montréal.
Johanna Sabys