ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Un régime végétalien peut produire 4 fois moins de GES qu’un régime carnivore

Mis à jour le 4 août 2023
par Agence Science-Presse
Un régime végétalien peut produire 4 fois moins de GES qu’un régime carnivore

(Source: Lefteris Kallergis / Unsplash)

  • On savait qu’un régime végétarien ou végétalien signifiait moins de gaz à effet de serre qu’un régime à base de viande, sans mesurer précisément à quel point. 
  • Selon une récente étude menée par des chercheurs de l’Université d’Oxford, en Angleterre, un régime «essentiellement» végétalien produit 75% moins de gaz à effet de serre (GES), cause 75% moins de pollution de l’eau et utilise 75% moins de terres agricoles qu’un régime «essentiellement» à base de viande. 

Les auteurs de l’étude considèrent qu’un régime est «essentiellement» à base de viande à partir de 100 grammes de viande par jour, ce qui représente un petit steak quotidien.

En comparaison, une personne qui consomme 50 grammes de viande ou moins par jour, consomme moitié moins de GES, pollue moitié moins d’eau, et utilise moitié moins de terres agricoles.

  • Les chercheurs estiment que, en ce qui concerne les trois indicateurs étudiés, la différence entre une telle consommation et un régime végétarien ou végétalien est peu significative.

Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 20 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Pour cette étude, ils ont analysé les habitudes alimentaires de plus 50 000 Britanniques.

Ils ont ensuite mis en parallèle ces données avec celles de 38 000 exploitations agricoles dans 119 pays pour mesurer l’impact de plusieurs aliments produits de différentes manières et à différents endroits. 

En conclusion, les chercheurs britanniques affirment qu’en dépit de variations parfois importantes dans les données – en fonction de l’endroit où la nourriture est produite –, la relation entre l’impact environnemental et la consommation de produits d’origine animale est «claire et devrait pousser à une réduction de cette dernière».

Agence Science-Presse