ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Bataille au sommet chez Rogers: le président du conseil est destitué; il veut maintenant remplacer une partie du conseil

Mis à jour le 22 oct. 2021
par Félix Côté

Edward Rogers, ex-président du conseil, Joe Natale, PDG, et Loretta Rogers, administratrice de Rogers Communications inc. (RCI) [images tirées du site de Rogers]

  • Edward S. Rogers était jusqu’à hier président du conseil d’administration du géant canadien des communications Rogers Communications. Il a été destitué de son poste par un vote du conseil d’administration, sur lequel siègent aussi sa mère et ses deux sœurs.
  • Quelques heures plus tard, il annonçait qu’il allait remplacer 5 membres du conseil qui sont indépendants (c’est à-dire non membres de la famille), avec l’objectif de reprendre la présidence du conseil d’administration.

Edward Rogers est le fils du fondateur de Rogers Communications inc. (TSX: RCI), Ted Rogers, décédé en 2008.

  • En tant que président du conseil d’administration de RCI, il avait le plus haut poste dans l’entreprise.
  • Il préside aussi le Rogers Control Trust, une fiducie de la famille Rogers qui détient 97,5% de ces actions des actions de RCI avec droit de vote de catégorie A détenues. (La plupart des investisseurs de RCI possèdent des actions de catégorie B, sans droit de vote.)

Or, Edward Rogers a récemment tenté de remplacer une bonne partie de la haute direction de l’entreprise, selon le Globe and Mail.

  • Edward Rogers voulait surtout remplacer l’actuel PDG, Joe Natale, par celui qui était chef des finances, Tony Staffieri.
  • Pour expliquer sa volonté, Edward a déclaré dans un communiqué cette semaine qu’il y avait «place à l’amélioration» dans le rendement à long terme de l’entreprise.

Mais la mère d’Edward, Loretta Rogers, et ses deux sœurs, Melinda Rogers-Hixon, vice-présidente du conseil d’administration, et Martha Rogers, se sont opposées à ces remplacements à la direction.

Elles ont entrainé la majorité des administrateurs à s’opposer à leur président du conseil pour conserver le PDG en poste. (Le PDG d’une société se rapporte à son conseil d’administration.)

Tony Staffieri a quitté soudainement l’entreprise le 29 septembre, sans qu’on sache pourquoi. 

  • On a compris ensuite qu’il avait dû partir après l’échec du «putsch», orchestré par Edward Rogers, qui devait faire de lui le nouveau PDG.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Simples, clairs et utiles. Faites comme plus de 10 000 Québécois·es, essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


La confiance est loin de régner à la tête de l’entreprise.

Hier, Rogers a d’abord annoncé la formation d’un comité du conseil d’administration chargé d’établir des «protocoles clairs» pour encadrer les interactions entre le président du conseil et la direction de l’entreprise.

  • Cette mesure était hautement inhabituelle: elle visait manifestement à restreindre la possibilité que le président du conseil, Edward Rogers, interfère dans la gestion de l’entreprise et gêne le PDG, Joe Natale, qu’il voulait évincer.
  • Parmi les administrateurs chargés de surveiller Edward, il y avait… sa sœur Melinda.

Quelques heures plus tard, le conflit prenait une toute autre ampleur:

  • Une réunion spéciale du conseil d’administration a carrément voté la destitution d’Edward Rogers de son poste de président du conseil.
  • Il est remplacé dans ce poste par un vétéran du monde des télécommunications, John MacDonald, qui était déjà administrateur indépendant de RCI et a été, par le passé, chef de l’exploitation de Bell Canada.

Mais la journée n’était pas terminée.

En fin de soirée, Edward Rogers a répliqué en lançant une autre bombe.

En tant que président de la fiducie qui contrôle les actions votantes de RCI, il annonce qu’il va remplacer 5 administrateurs indépendants, dont John MacDonald qui vient de le remplacer comme président du conseil de RCI.


RECEVEZ GRATUITEMENT chaque jour par courriel L’ESSENTIEL DES NOUVELLES économiques, financières et technologiques: abonnez-vous ici aux infolettres quotidiennes d’InfoBref, ou cliquez Infolettres en haut à droite


Cette bisbille entre administrateurs survient au milieu d’un projet d’acquisition majeur.

Plus tôt cette année, Rogers a annoncé son intention d’acquérir pour 26 milliards $ Shaw Communications (TSX: SJR), de Calgary.

Cette transaction, sujette à des approbations réglementaires, pourrait lui faire gagner près de 2 millions d’abonnés à des forfaits sans-fil.  

Mais les actionnaires de Rogers ne semblent pas pleinement enthousiastes face à cette acquisition. 

  • Depuis le début de l’année, l’action de Rogers a sous-performé par rapport à celles de ses concurrents.
  • Son prix a augmenté de 3%, soit beaucoup moins que Telus (+14%) et BCE (+16%).
Félix Côté