ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Pourquoi Québec suspend l’administration du vaccin d’AstraZeneca aux moins de 55 ans

Mis à jour le 30 mars 2021
par Johanna Sabys
Pourquoi Québec suspend l’administration du vaccin d’AstraZeneca aux moins de 55 ans

(Source: AstraZeneca)

  • Le ministère de la Santé a annoncé hier que ce vaccin ne sera «jusqu’à nouvel ordre» plus administré aux Québécois âgés de moins de 55 ans.
  • Christian Dubé dit qu’il s’agit d’une «mesure de précaution». Cette décision a été prise sur la base des recommandations émises par les comités fédéral et provincial sur l’immunisation. 

Le Québec et plusieurs autres provinces ont décidé de suspendre l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca sur les moins de 55 ans.

La raison: l’Agence européenne des médicaments (AEM) évalue toujours s’il existe un lien entre ce vaccin et certaines complications chez les moins de 55 ans. 

Actuellement, l’AEM maintient que le vaccin d’AstraZeneca est «sûr et efficace». 

Cependant, l’agence n’a pas encore écarté tout lien avec de rares troubles de la coagulation sanguine et des cas de thrombose veineuse cérébrale qui ont été répertoriés dans plusieurs pays européens chez des personnes ayant reçu ce vaccin. 

  • Ces rares troubles ont été observés en majorité chez des femmes de moins de 55 ans.

Aucun cas de thrombose lié au vaccin n’a été déclaré au Canada.

Québec a décidé de ne plus administrer le vaccin d’AstraZeneca aux moins de 55 ans tant que les évaluations des experts ne sont pas terminées.

Conséquence: certains rendez-vous de vaccination pourraient être reportés.

Plus de 111 000 Québécois ont déjà reçu une première dose du vaccin.

  • Ils vont être étroitement surveillés, assure le ministère de la Santé.
  • Leur calendrier de vaccination devrait être mis à jour prochainement.
Johanna Sabys