Monde

Johanna Sabys

avec Johanna Sabys

Journaliste à InfoBref

Ce que révèle l’étude britannique sur l’interchangeabilité des vaccins

Mis à jour il y a 14 h
Ce que révèle l’étude britannique sur l’interchangeabilité des vaccins

(Source: Pfizer)

  • Les chercheurs de l’Université d’Oxford étudient depuis plusieurs mois la réponse immunitaire et les effets secondaires occasionnés lorsqu’on administre deux vaccins différents – celui d’AstraZeneca et celui de Pfizer – pour la première et la deuxième dose. 
  • D’après les résultats préliminaires, administrer une dose d’AstraZeneca et une dose de Pfizer à un même individu ne causerait que des effets secondaires légers.  

Depuis février, une équipe de l’Université d’Oxford mène une étude sur 830 volontaires de plus de 50 ans, divisés en plusieurs groupes, pour évaluer la possibilité d’administrer à la deuxième injection un vaccin différent de la première injection. 

D’après les premiers résultats, recevoir deux vaccins différents à quatre semaines d’intervalle provoquerait plus d’effets secondaires. 

Parmi les participants qui ont reçu le même vaccin lors des deux injections:

  • 10% de ceux qui ont reçu celui d’AstraZeneca ont eu des effets secondaires; 
  • contre 21% de ceux qui ont reçu celui de Pfizer.

En revanche, parmi les participants qui ont reçu deux vaccins différents:

  • 34% de ceux qui ont reçu AstraZeneca puis Pfizer ont eu des effets secondaires; 
  • contre 41% de ceux qui ont reçu Pfizer puis AstraZeneca.

Mais les symptômes rapportés sont modérés.

  • Les participants ont signalé de la fatigue, de la fièvre, des maux de tête, des malaises, des douleurs aux articulations, aux muscles et à l’endroit de l’injection.
  • Aucun symptôme n’a nécessité une hospitalisation.

Les résultats sur l’immunité de ces groupes – qui ont reçu leurs doses en quatre semaines– devraient être disponibles au mois de juin.

D’autres participants ont reçu leurs doses avec un intervalle de 12 semaines.

  • Leurs résultats complets devraient être publiés dans l’été. 

Au Québec, le gouvernement a décidé de ne plus administrer le vaccin d’AstraZeneca en première dose.

Les personnes qui ont reçu une dose d’AstraZeneca pourront choisir de recevoir:

  • une deuxième dose d’AstraZeneca; ou
  • une dose de Pfizer ou Moderna, selon les doses disponibles.   
Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Alors que les Américains font des réserves d’essence, la pénurie s’intensifie

Publié hier
Alors que les Américains font des réserves d’essence, la pénurie s’intensifie

(Source: Unsplash)

  • Depuis l’attaque par rançongiciel qui a forcé la fermeture de l’oléoduc Colonial Pipeline la semaine dernière, les États-Unis sont aux prises avec un problème d’approvisionnement en essence. L’oléoduc, qui relie le New Jersey au Texas, fournit 45% du carburant de l’est des États-Unis.
  • Plusieurs Américains craignent que le problème perdure et font des réserves, ce qui amplifie la pénurie. Toutefois, les autorités américaines multiplient les messages pour rappeler que la fermeture de l’oléoduc n’affecte pas les réserves de carburant dans l’ensemble du pays, et que le manque d’approvisionnement dans certaines régions pourrait bientôt se résorber. 

Aucun apaisement en vue dans les affrontements entre Israéliens et Palestiniens

Publié avant-hier
  • Depuis lundi, plus de 1000 roquettes et des raids aériens en continu ont fait au moins 67 victimes et des centaines de blessés, principalement dans la bande de Gaza, un territoire palestinien à l’ouest d’Israël. Il s’agit des pires violences dans le conflit israélo-palestinien depuis 2014.
  • L’Organisation des Nations unies n’a pas encore réagi. Les membres du Conseil de sécurité n’ont pas réussi à se mettre d’accord, à cause du blocage des États-Unis. Washington veut faire plus qu’une simple déclaration. Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a confirmé qu’il enverrait un émissaire sur place pour exhorter les Israéliens et les Palestiniens à la désescalade. 

L’administration Biden lance un grand chantier d’éoliennes dans l’Atlantique

Publié avant-hier
L’administration Biden lance un grand chantier d’éoliennes dans l’Atlantique

(Source: Unsplash)

  • Le gouvernement américain a donné son feu vert au projet Vineyard Wind, qui prévoit la construction de 84 turbines au large de l’île de Martha’s Vineyard, au Massachusetts. À terme, ce projet devrait fournir de l’électricité à 400 000 foyers et commerces.
  • L’administration Biden prévoit d’investir 12 milliards $US par an d’ici 2030 pour développer l’énergie éolienne sur les côtes américaines. 

Les anticorps anti-Covid resteraient dans le sang pendant au moins 8 mois

Publié le 11 mai 2021
  • Selon une étude italienne, les anticorps qui neutralisent la Covid-19 restent dans le sang pendant au moins 8 mois après une infection – quelque soit la gravité de la maladie, l’âge des patients ou la présence d’autres maladies.
  • L’étude a été menée par un hôpital milanais et l’organisme qui conseille le gouvernement italien en matière de santé publique. Principal résultat: 8 mois après leur diagnostic de Covid-19, 159 des 162 patients suivis avaient encore des anticorps.

Recevez gratuitement par courriel l’essentiel des nouvelles politiques, économiques, technologiques et internationales, chaque matin et fin d’après-midi

Le variant découvert en Inde est classé «préoccupant» par l’OMS

Publié le 10 mai 2021
Le variant découvert en Inde est classé «préoccupant» par l’OMS

(Source: Pixabay)

  • L’Organisation mondiale de la santé juge désormais que le variant identifié pour la première fois en Inde est «préoccupant à l’échelle mondiale».
  • Selon l’OMS, ce variant serait plus contagieux et pourrait être plus résistant aux vaccins. Il est responsable de la vague d’infections actuellement hors de contrôle en Inde. Environ 4000 Indiens meurent chaque jour à cause de la Covid-19. 

Le directeur général de BioNTech «ne voit pas l’intérêt» de lever les brevets des vaccins

Publié le 10 mai 2021
  • Selon le directeur général de BioNTech, le laboratoire qui a développé le vaccin de Pfizer, la suspension des brevets n’aurait à moyen terme «pas d’impact sur l’approvisionnement en vaccins». Pour augmenter le nombre de doses disponibles, BioNTech prévoit plutôt de produire des vaccins anti-Covid à Singapour, qui deviendrait la plateforme du laboratoire pour approvisionner l’Asie du Sud-Est.
  • Par ailleurs, le laboratoire allemand estime que le vaccin qu’il a développé avec Pfizer n’a pour l’instant pas besoin d’être modifié pour renforcer son efficacité face aux variants. BioNTech a toutefois commencé à tester au mois de mars «une version modifiée, spécifique aux variants».

Le Michigan peut-il fermer demain l’oléoduc d’Enbridge qui approvisionne le Québec?

Publié le 10 mai 2021
Le Michigan peut-il fermer demain l’oléoduc d’Enbridge qui approvisionne le Québec?

Vue sous-marine du pipeline d’Enbridge dans le détroit de Mackinac (Source: One Detroit)

  • La gouverneure de l’État du Michigan Gretchen Whitmer a réaffirmé jeudi dernier son intention de révoquer le permis de la ligne 5 d’Enbridge, à cause du risque d’un éventuel déversement de pétrole dans les Grands Lacs. Elle demande à la société de Calgary de fermer sa ligne d’ici mercredi.
  • Le ministre canadien des Ressources naturelles Seamus O’Regan a répondu que l’oléoduc est «vital» à la sécurité énergétique de l’Amérique du Nord. Pour Ottawa, le maintenir ouvert est «non négociable».

Le porte-parole de la gouverneure du Michigan a confirmé au Globe and Mail qu’à partir de mercredi «l’utilisation de la portion de la ligne 5 dans le détroit de Mackinac [au Michigan] serait illégale». 

Toutefois, en début d’année, la direction d’Enbridge affirmait qu’elle continuerait d’acheminer du pétrole par ce détroit même sans l’autorisation de l’État américain.

  • Selon Enbridge, seul le gouvernement fédéral américain peut décider de révoquer le permis du pipeline.

L’oléoduc achemine à partir des Prairies canadiennes entre 40 et 50% du pétrole brut qui est raffiné au Québec et en Ontario.


Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

La Caisse est actionnaire d’un réseau américain d’oléoducs bloqué par une cyberattaque

Publié le 9 mai 2021
  • L’un des plus grands opérateurs américains d’oléoducs, Colonial Pipeline, a dû fermer son réseau vendredi à la suite d’une attaque de rançongiciel. Le réseau achemine de l’essence et du diesel sur plus de 8800 km entre ses raffineries installées près de Houston, au Texas, et la région de New York. 
  • La Caisse de dépôt et placement du Québec détient une participation dans Colonial Pipeline. Elle s’élevait à plus de 1,5 milliard $ au 31 décembre 2020. 

Colonial Pipeline a annoncé hier soir qu’elle avait rouvert une petite partie de ses lignes de distribution. 

Ses lignes principales restent fermées pour l’instant. 

Selon Bloomberg, si la fermeture du réseau se prolonge, cela pourrait faire grimper plus rapidement que prévu le prix de l’essence aux États-Unis à son plus haut niveau depuis 2014.

L’Union européenne pourrait ne pas renouveler son contrat avec AstraZeneca

Publié le 9 mai 2021
L’Union européenne pourrait ne pas renouveler son contrat avec AstraZeneca

Le commissaire européen au Commerce extérieur Thierry Breton (Source: Wikimedia)

  • L’UE ne compte pour l’instant pas renouveler son contrat avec AstraZeneca au-delà du mois de juin, a annoncé hier le commissaire européen au Commerce extérieur Thierry Breton. La Commission européenne poursuit le groupe pharmaceutique anglo-suédois pour d’importants retards de livraison de son vaccin anti-Covid. 
  • L’Union européenne vient en revanche de signer un nouveau contrat avec Pfizer pour acheter jusqu’à 1,8 milliard de doses de son vaccin.

Les indépendantistes écossais exigent un deuxième référendum

Publié le 9 mai 2021
Les indépendantistes écossais exigent un deuxième référendum

La première ministre écossaise Nicola Sturgeon (Source: Flickr)

  • Après la victoire de son parti aux élections locales ces derniers jours, la première ministre écossaise Nicola Sturgeon veut donner à nouveau au peuple écossais l’occasion de se prononcer sur son avenir en tenant un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse.
  • Le gouvernement britannique conservateur de Boris Johnson s’y oppose.

En 2014, lors d’un premier référendum, 55% des Écossais avaient choisi de rester au sein du Royaume-Uni. 

Mais le Parti national écossais estime que la situation n’est plus la même depuis le Brexit. 

  • La majorité des Écossais ne souhaitaient pas sortir de l’Union européenne. 
  • Le parti indépendantiste voudrait rejoindre l’UE en tant qu’État indépendant. 

L’Écosse peut légiférer pour organiser un référendum. 

Si Londres maintient son opposition, un tribunal pourrait devoir trancher sur la question. 

Johanna Sabys
En savoir plus En savoir plus

Levée des brevets sur les vaccins: que va-t-il se passer?

Publié le 9 mai 2021
Levée des brevets sur les vaccins: que va-t-il se passer?

(Source: Pixabay)

  • Les États-Unis ont annoncé la semaine dernière qu’ils approuvent la suspension des brevets des vaccins anti-Covid. La nouvelle a été applaudie par les experts en santé publique et tous ceux qui jugent que c’est la solution la plus prometteuse pour lutter contre la pandémie à l’échelle mondiale.
  • Mais la décision de la Maison-Blanche n’est que le premier pas d’un long processus. Elle pourrait aussi n’être qu’une belle annonce, parce que la décision de lever les brevets ne dépend pas que de Washington. Les 164 pays de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) doivent se mettre d’accord.  

Les capacités de production des usines associées aux fabricants de la demi-douzaine de vaccins qui ont été approuvés sont limitées.

Comme les règles internationales sur le commerce empêchent d’autres intervenants que le détenteur du brevet de produire un médicament breveté, des pays comme l’Inde et l’Afrique du Sud ont demandé en octobre dernier à l’OMC que cet interdit soit levé, pour permettre à d’autres pays d’en fabriquer des copies. 

  • Quelque 60 pays les appuient aujourd’hui.

Jusqu’ici les États-Unis, l’Union européenne, la Grande-Bretagne et le Japon y étaient opposés. 

  • Mais le président Joe Biden a officiellement donné son accord mercredi dernier.  

Le problème serait donc en voie d’être réglé?

Pas vraiment, puisqu’il faut encore obtenir l’unanimité des 164 pays de l’OMC pour modifier les règles sur ce qu’on appelle la «propriété intellectuelle».

L’Union européenne est divisée sur la question.

  • Le président français y est favorable, tandis que l’Allemagne s’y oppose, en alléguant que «la protection de la propriété intellectuelle est source d’innovations».

Au Canada, la ministre du Commerce international Mary Ng s’est contentée de dire qu’Ottawa est prêt à discuter de la suspension des brevets.

  • À la Chambre des communes, les libéraux ont bloqué la semaine dernière une motion demandant au gouvernement fédéral d’appuyer leur suspension. 

Par ailleurs, le problème de production n’est pas aussi simple.  Les usines de produits pharmaceutiques ne possèdent pas toutes l’équipement et l’expertise nécessaires pour produire un vaccin.

  • Le vaccin de Pfizer est fait de 280 composés provenant de 86 fournisseurs situés dans 19 pays.

Une éventuelle levée des brevets devra donc s’accompagner d’une forme de «transfert de technologie», ce qui nécessitera de forcer la main des compagnies pharmaceutiques.

  • Moderna s’y était montrée ouverte l’automne dernier.
  • Mais l’association américaine des fabricants a déjà fait savoir son mécontentement face à l’annonce de Biden.



Agence Science-Presse
En savoir plus En savoir plus