ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

«Longue Covid»: les jeunes adultes seraient plus exposés à des symptômes persistants

Publié le 7 fév 2021
par Agence Science-Presse
«Longue Covid»: les jeunes adultes seraient plus exposés à des symptômes persistants

(Source: Pixabay)

  • Les médecins ne savent pas pourquoi certaines personnes positives à la Covid-19 sont malades plus longtemps et souffrent de séquelles à long terme.
  • Selon les chiffres du gouvernement britannique, les jeunes adultes semblent plus nombreux à avoir encore des symptômes cinq semaines après un diagnostic positif.

On regroupe sous l’expression «longue Covid» tous les symptômes qui persistent pendant des semaines, voire des mois, chez les personnes infectées par le virus.

  • Il peut s’agir d’une fatigue extrême jusqu’à des difficultés respiratoires ou cardiaques en passant par une perte de goût.

On ne sait pas pourquoi les symptômes persistent.   

La semaine dernière, Janet Diaz, responsable de l’équipe clinique de lutte contre la Covid au sein de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), demandait qu’un effort soit fait pour résoudre le mystère de cette «longue Covid» qui continue de confondre les médecins.

  • Ce syndrome n’a pas encore de nom officiel: on parle de «Covid-19 de longue durée», de «Covid au long cours» ou de «syndrome post-Covid-19».
  • Un séminaire organisé par l’OMS demain pourrait servir, entre autres choses, à lui donner un nom.

Il semblerait que les jeunes adultes soient les plus touchés.

Selon les données du Bureau national des statistiques du gouvernement britannique, cinq semaines après un test positif:

  • 25 à 27% des 25-34 ans et des 35-49 ans ont toujours des symptômes;
  • ce n’est le cas que pour 18% des plus de 70 ans et pour 17% des 17-24 ans et des adolescents.
Agence Science-Presse