ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

L’industrie québécoise du cinéma et de la télévision a connu une année record l’an dernier

Mis à jour le 11 août 2022
par Félix Côté
L’industrie québécoise du cinéma et de la télévision a connu une année record l’an dernier

Scène du film Transformers 7: Rise of the Beasts (Source: YouTube)

  • Les retombées économiques pour le Québec liées aux effets spéciaux, aux tournages étrangers et aux créations en animation ont connu une année record l’an dernier, selon le Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ).
  • Après une année 2020 très difficile à cause de la pandémie, l’industrie audiovisuelle québécoise a généré en 2021 au total 2,5 milliards $ de retombées directes, un record.

La production audiovisuelle locale est restée à peu près stable ces 3 dernières années, avec des investissements d’environ 1 milliard $. 

Mais les secteurs de l’industrie qui reçoivent des budgets de l’extérieur du Québec ont connu une bonne croissance par rapport à 2019, après avoir momentanément plongé en 2020.

Les tournages étrangers, ont généré des retombées record de 470 millions $, en hausse de 30% par rapport à 2019.

Plusieurs studios américains ont tourné ou commencé le tournage de production au Québec. Par exemple:

  • la série Three Pines, adaptée des romans de l’auteur québécoise Louise Penny, d’Amazon;
  • la comédie romantique Single All the way, de Netflix; et
  • le film à grand budget Transformers 7: Rise of the Beasts, de Paramount Pictures.

Le secteur des effets visuels a lui aussi connu une année record, avec des retombées économiques de 780 millions $, soit 25% de plus qu’en 2019. 

L’an dernier, les studios du Québec ont travaillé sur des projets comme le film Les Animaux fantastiques: Les Secrets de Dumbledore, de Warner Bros, et la série Stranger Things de Netflix. 

L’animation est aussi en croissance, avec des retombées de 171 millions $.

Félix Côté