ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

L’immunité des personnes atteintes par la Covid-19 semble diminuer assez rapidement

Mis à jour le 10 nov. 2020
par Johanna Sabys
L’immunité des personnes atteintes par la Covid-19 semble diminuer assez rapidement

(Source: Pixabay)

  • Une étude de l’Imperial College de Londres révèle que l’immunité acquise par les personnes guéries de la Covid-19 pourrait ne durer que quelques mois, voire seulement quelques semaines.
  • Selon la professeure en santé publique de l’université londonienne Helen Ward, la présence d’anticorps baisse davantage chez les patients qui n’ont pas développé de symptômes et chez les plus de 75 ans.

De juin à septembre, une équipe de chercheurs de l’Imperial College a testé régulièrement un même groupe de 350 000 personnes pour voir si elles disposaient d’anticorps à la Covid-19.

Résultat: la proportion de personnes avec des anticorps a diminué de plus de 26% au cours des trois mois. Cette baisse suggère que, chez chaque individu, les anticorps pourraient disparaître dans les semaines ou les mois suivants une infection.

La baisse des anticorps est plus importante:

  • chez les personnes asymptomatiques, où la diminution atteint 64%;
  • chez les personnes âgées de plus de 75 ans, où la proportion diminue de 39%, alors qu’elle ne baisse que de 15% chez les 18-24 ans.

L’étude permet d’observer l’évolution dans le temps de la présence d’anticorps. Mais on n’ignore encore si ces anticorps confèrent un niveau d’immunité efficace.

Conséquence: selon la virologue de l’Imperial College Wendy Barclay, «on pourrait être réinfecté tous les ans par ces coronavirus saisonniers».

Face au risque de réinfection, la professeure n’est pas favorable au fait de laisser les personnes guéries reprendre une vie entièrement normale. Pour la virologue, seuls les futurs vaccins pourraient conférer une immunité de longue durée.

Johanna Sabys