ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris aura un impact au Canada sur la lutte climatique et sur les technologies propres

Publié le 21 janv. 2021
par Alain McKenna
  • La première chose qu’a faite le président Joe Biden en arrivant à la Maison-Blanche est de signer l’Accord de Paris, qui vise à limiter à 2 degrés la hausse moyenne de la température de la planète par rapport à son niveau de l’époque préindustrielle.
  • Les États-Unis rejoignent ainsi le traité international qu’ils avaient quitté en novembre dernier. Cela devrait faciliter la lutte climatique des autres pays signataires, dont le Canada, et offrir des occasions de croissance à plusieurs entreprises d’ici.

Le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris aura au moins trois effets positifs:

  • Les États-Unis sont le deuxième plus important marché énergétique au monde après la Chine. Le décarboniser représente un énorme potentiel pour les entreprises spécialisées dans les technologies propres.
  • Cela stimulera la recherche sur le climat et l’investissement dans la mise en marché de technologies luttant contre le réchauffement climatique.
  • Les autres pays signataires, dont le Canada, verront leur fardeau de réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre réduit.

Le Canada et le Québec en sortent gagnants. 

L’électrification de l’industrie nord-américaine du transport devra s’accélérer, prédisent déjà les experts.

  • Il va y avoir plus de demande pour les véhicules électriques, y compris les véhicules commerciaux (camions, autobus) – un secteur que le Canada veut développer.
  • Cela entraînera sans doute la construction d’usines pour fabriquer des batteries électriques, un créneau de croissance pour le secteur minier québécois.
Alain McKenna