ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS Entrepreneurs, gestionnaires et professionnels du Québec

Voici l’info qu’il vous faut: pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour en semaine

L’aide des gouvernements aux sociétés pétrolières explose, et elle met en péril leurs engagements de réduction des émissions de GES

Publié le 3 déc 2020
par Alain McKenna

(Source: Unsplash)

  • Les pays qui ont signé l’Accord sur le climat de Paris devront réduire leur production de pétrole pour en respecter l’objectif, rappelle l’ONU.
  • Ce n’est pas ce qui se produit en ce moment: l’aide des gouvernements à l’industrie pétrolière atteindra des sommets dans la décennie à venir. 

À eux seuls, les six pays qui produisent le plus de pétrole sur la planète (y compris le Canada) ont réservé 230 milliards $US pour stimuler la croissance du secteur pétrolier d’ici 2030.

  • C’est bien plus que les 150 milliards $US promis par ces mêmes pays à l’industrie des énergies propres.
  • Pour respecter l’Accord de Paris, ces pays devraient plutôt réduire de 6% par année leur production de pétrole, calcule l’ONU.

«Alors qu’on tente de redémarrer l’économie mondiale après la Covid-19, c’est le moment d’investir dans des infrastructures faibles en carbone», affirme Inger Andersen, directrice du programme environnemental de l’ONU.

«La chute des cours du pétrole des derniers mois a illustré la faiblesse des économies qui dépendent du pétrole. Et pourtant, ces économies sont en train de doubler la mise sur les énergies fossiles, ce qui les fragilisera encore plus à l’avenir.»

Alain McKenna