ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Internet haute vitesse: le Québec dépasse les objectifs du CRTC, mais il n’a pas encore atteint les siens

Publié le 10 fév 2021
par Alain McKenna
Internet haute vitesse: le Québec dépasse les objectifs du CRTC, mais il n’a pas encore atteint les siens

(Source: Unsplash)

  • Environ 92% des ménages québécois ont accès à au moins un service d’Internet à haute vitesse (soit un débit de téléchargement de 50 mégabits par seconde).
  • Or, le fonds de 750 millions $ mis en place par le CRTC pour accélérer le déploiement de l’Internet à haute vitesse au pays a pour objectif de brancher 90% des ménages canadiens à la haute vitesse d’ici la fin de 2021. D’ailleurs, aucun des 40 premiers projets financés par ce programme n’est situé au Québec. 

280000 foyers québécois n’ont toujours pas accès à Internet haute vitesse, estime le gouvernement du Québec.

  • Cela représente environ 8% de la population québécoise.
  • De ce point de vue, le Québec se classe deuxième des provinces les mieux branchées: seule la Colombie-Britannique compte une plus faible proportion (6,5%) de ménages n’ayant pas de connexion à haute vitesse.

La plupart des foyers sans accès haute vitesse sont en milieu rural ou sont éloignés des grands centres.

  • Selon le CRTC, la moitié des ménages ruraux au Canada n’ont pas accès à des services Internet à large bande.
  • L’organisme vient d’ailleurs de lancer un second appel de candidatures pour bénéficier de son fonds d’aide visant à étendre la large bande à ces régions.
  • À Québec, le premier ministre François Legault a promis 400 millions $ d’ici la fin 2022 pour brancher à la haute vitesse tous les foyers québécois qui n’y ont pas encore accès.
Alain McKenna