ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Initiative d’impact (présentée par 2 Degrés)

Levando veut rapatrier au Québec le dernier maillon de la filière batterie

Publié le 4 juil 2024
par Johanna Sabys
Levando veut rapatrier au Québec le dernier maillon de la filière batterie

Les cofondateurs de Levando Simon Roy, Simon Paradis, Sébastien Michaud et Rémi Rousseau Pinard

  • Levando propose une solution de stockage d’énergie électrique simple à installer et qui permet de minimiser les couts de système.
  • La jeune pousse de Québec développe et fabrique des systèmes de batteries destinés aux marchés résidentiel, commercial et bientôt maritime. Ces systèmes visent à remplacer les batteries au plomb et les génératrices à combustible fossile, et à mieux gérer les «crêtes» d’énergie. 

L’initiative

Levando souhaite rendre les solutions de stockage d’énergie accessibles à tous en proposant des systèmes de batteries intégrés et économiques conçus et assemblés au Québec. 

  • Les batteries sont actuellement principalement fabriquées en Chine. 

La startup technologique «veut développer au Québec le dernier maillon manquant de la filière batterie» pour fournir le marché québécois et nord-américain, explique à InfoBref Simon Paradis, cofondateur de Levando et ingénieur mécanique. 

Ses systèmes de batteries peuvent convenir à des clients résidentiels et commerciaux. 

L’entreprise a conçu une batterie lithium de 24 volts.

  • Elle offre assez d’énergie pour l’essentiel dans un petit chalet. 
  • On peut aussi en utiliser plusieurs simultanément pour répondre à de plus grands besoins. 
(source: Levando)

Levando veut également développer prochainement une batterie haute tension spécifiquement conçue pour le domaine maritime.

Elle pourrait, par exemple, servir dans l’électrification de certains navires, comme les navettes sur le Saint-Laurent ou des homardiers en Gaspésie, indique Simon Paradis.

  • «Il n’y a actuellement pas de fournisseur québécois pour ces produits-là.» 

Les batteries de Levando permettent de stocker de l’énergie. 

Elles peuvent ainsi:

  • contribuer à soulager le réseau électrique en période de pointe; et 
  • dépanner en cas de panne de courant. 

Savoir l’essentiel des nouvelles chaque matin en 5 minutes? C’est possible, grâce à l’infolettre quotidienne d’InfoBref. Simple, claire, et utile. Faites comme plus de 22 000 Québécois·es, essayez-la: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Les porteurs

Les 4 cofondateurs, Simon Roy, Simon Paradis, Sébastien Michaud et Rémi Rousseau Pinard, se sont rencontrés à l’Université Laval.

Après avoir chacun acquis plusieurs années d’expérience, notamment chez Tesla et Lyft, ils se sont demandé dans quel secteur ils pouvaient «faire une différence» au Québec.

En octobre dernier, ils ont décidé «de lâcher leurs jobs pour se lancer dans l’aventure». Depuis, ils sont tous à temps plein sur le projet.

L’entreprise a déjà conçu 2 séries de prototypes et finalise actuellement la conception de son premier produit.

  • Elle espère pouvoir livrer ses premiers clients d’ici 6 à 12 mois. 

Levando est accompagnée par 2 Degrés, incubateur spécialisé en technologies propres.

Message du commanditaire

Propulsez votre entreprise en technologies propres:
rejoignez notre parcours d’incubation !

L’impact

L’équipe de Levando pense qu’à terme les batteries lithium, qui sont «plus propres», vont remplacer les batteries au plomb. 

«Les batteries lithium peuvent bénéficier d’un grand niveau de recyclage au Québec, et la notion d’économie circulaire va faire beaucoup de sens avec le développement des voitures électriques», dit Simon Paradis. 

Elles permettront une réduction directe des GES dans le domaine maritime, et aux États-Unis, où «il y a plus d’énergies fossiles dans le réseau électrique». 

Au Québec, face à l’hydro-électricité, le gain de ces batteries sera d’abord important pour les clients commerciaux, «qui ont besoin de beaucoup d’énergie et pourront en faire une meilleure utilisation». 

De plus, selon Simon Paradis, pour une batterie qu’on utilise tous les jours, une batterie au lithium a une durée de vie 5 fois plus longue qu’une batterie au plomb.


Pour découvrir d’autres initiatives d’impact social ou environnemental un vendredi sur deux, et pour recevoir chaque jour l’essentiel des nouvelles importantes à lire en 5 minutes, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Matin ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Johanna Sabys