ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Fitzgibbon ne voulait pas «nuire» au gouvernement

Mis à jour le 3 juin 2021
par Johanna Sabys
  • Si Pierre Fitzgibbon a démissionné hier de ses fonctions de ministre de l’Économie, c’est parce que sa situation causait un «problème» pour le gouvernement. 
  • Il a convenu avec François Legault que «c’était la meilleure chose à faire», après le dépôt d’un rapport de la commissaire à l’éthique qui recommandait sa suspension.  

Le député de Terrebonne a expliqué à La Presse qu’il avait refusé des arrangements qui lui auraient permis de se défaire de ses intérêts pour le tirer rapidement d’affaire.

  • «Il y a tellement de gens qui ne voulaient pas que je quitte, dit-il, certains m’ont même offert d’acheter mes actions en disant: on verra plus tard, on va les mettre en pension.»
  • «Mais mon éthique est telle que je voulais faire une vraie vente», assure-t-il.  

Pierre Fitzgibbon envisage de retrouver sa place au ministère de l’Économie «si les choses se règlent».

  • «Entre-temps, dit-il, le gouvernement mérite d’être réélu, et je voulais tout faire pour ne pas lui nuire.»

Le député se présentera aux prochaines élections s’il parvient à vendre les actions qu’il détient dans les entreprises ImmerVision et White Star Capital, qui font affaire avec Québec. 

Johanna Sabys