ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Décès en CHSLD: le gouvernement se défend d’avoir tardé à agir; l’opposition veut enquêter

Publié le 24 nov. 2021
par Johanna Sabys

La ministre de l’Enseignement supérieur Danielle McCann (Source: Pat Lachance / compte Twitter de la ministre)

  • L’ancienne ministre de la Santé Danielle McCann a réagi mercredi au rapport de la protectrice du citoyen. Danielle McCann affirme que des directives ont bien été transmises dès janvier 2020 pour avertir les établissements de santé qu’ils devaient se préparer à la pandémie. 
  • Or, dans son rapport déposé mardi, la protectrice du citoyen Marie Rinfret contredit le gouvernement et déplore que Québec ait attendu le mois d’avril pour intervenir. Les partis d’opposition reprochent à Québec de ne pas avoir agi assez tôt pour protéger les aînés des CHSLD et ils réclament des comptes. 

Dans son rapport, la protectrice du citoyen dénonce qu’aucune consigne ni aucune préparation spécifique n’aient été mises en place dans les CHSLD avant la mi-mars.

  • Avant la catastrophe du CHSLD Herron – où 47 résidents sont décédés pendant la première vague – le gouvernement concentrait ses efforts sur les hôpitaux, explique Marie Rinfret. 
  • Ce n’est qu’à la mi-avril, dit-elle, que le personnel épuisé a enfin reçu des directives claires et des renforts des Forces armées canadiennes.

Le ministère de la Santé n’a pas négligé les CHSLD, se défend Danielle McCann, aujourd’hui ministre de l’Enseignement supérieur. 

La semaine dernière, la ministre a déposé une lettre datée du 28 janvier pour attester, dit-elle, que le gouvernement a bien «demandé au réseau de se mettre en action dès janvier 2020». 

Cette lettre demandait aux Ciusss et aux Cisss: 

  • de mobiliser du personnel et des ressources pour assurer un état de préparation optimal face à la propagation rapide d’un nouveau coronavirus; 
  • d’améliorer la cohérence des relations entre les différents secteurs impliqués dans l’opération; et 
  • d’assurer une liaison étroite et quotidienne avec le ministère.

La lettre ne mentionne pas les CHSLD parce qu’elle s’adressait à tous les établissements du réseau, précise Danielle McCann.

C’était «un plan global», dit-elle, pour dire aux Ciusss et aux Cisss qu’ils devaient «préparer l’ensemble de leurs établissements» à affronter la pandémie.

  • La responsabilité de protéger les CHSLD revenait aux PDG des Ciusss et des Cisss, soutient la ministre. Ils devaient «mettre en œuvre les directives du ministère de la Santé». 
  • Les PDG ont été rencontrés le 22 janvier, 5 jours avant l’envoi de la lettre, pour être mis au fait de la situation et des mesures à prendre, assure-t-elle. 

L’opposition exige des comptes.  

Le Parti québécois a appelé la coroner Géhane Kamel à réassigner la ministre McCann, le directeur national de santé publique Horacio Arruda et 2 sous-ministres.

Le gouvernement Legault est «imputable», affirme le chef parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, «il est clair que les CHSLD ont été oubliés».

Selon la cheffe du Parti libéral Dominique Anglade, le gouvernement «a menti aux Québécois en disant qu’il y avait des directives qui avaient été envoyées, alors que ce n’était pas le cas».

Mardi après-midi, François Legault a expliqué qu’il est facile, avec le recul, de dire que les choses auraient dû être faites autrement. 

  • Mais l’an dernier, «personne n’avait anticipé l’arrivée d’une pandémie d’une telle ampleur», se défend-il: «on n’avait pas d’indication avant le mois de mars qu’il y aurait un tel drame dans les CHSLD».
Johanna Sabys