ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Explication

Climat: comment fonctionneront les crédits carbone fédéraux?

Mis à jour le 11 août 2022
par Johanna Sabys

(Source: Marcin Jozwiak / Unsplash)

  • Le gouvernement Trudeau a lancé son système d’échange de crédits pour compenser les émissions de gaz à effet de serre (GES). Il devrait être complémentaire à la bourse du carbone québécoise.
  • Les projets admissibles recevront un crédit pour chaque tonne de GES qu’ils réduisent par une technique de captage ou de stockage. Ces crédits pourront ensuite être vendus à des entreprises que la réglementation oblige à limiter ou réduire leurs émissions.

Avec son système de crédits, Ottawa espère encourager les projets volontaires qui visent à réduire ou capter des GES au pays.

Comment ça marche? 

Le système doit permettre de créer et d’échanger des crédits. 

  • Les projets généreront des crédits compensatoires correspondant à la quantité de GES dont ils auront réussi à réduire l’émission ou qu’ils auront pu supprimer de l’atmosphère.
  • L’entreprise ou la ville à la tête d’un projet pourra ensuite vendre ces crédits à des pollueurs. 

Le premier volet du système de crédit concerne les sites d’enfouissement qui mettent en place des techniques pour réduire leurs émissions de méthane.

4 autres volets seront bientôt disponibles

Des crédits carbone pourront prochainement être émis pour des projets qui viseront à réduire les émissions de GES: 

  • des systèmes de réfrigération; 
  • des ressources forestières; 
  • des terres agricoles; et 
  • de l’élevage de bétail.

Le système fédéral n’a pas été créé pour se substituer au système d’une province, a précisé le ministre fédéral de l’Environnement Steven Guilbeault. 

  • Le ministre compte toutefois discuter avec Québec pour déterminer si des secteurs qui sont exclus de la bourse du carbone québécoise pourraient accéder au système fédéral.

L’achat de crédits n’est pas la solution, déplorent les groupes environnementaux.

Les industries polluantes pourraient acheter des crédits au lieu de réduire leurs propres émissions de GES. 

Mais aucune entreprise réglementée ne prévoit d’agir contre les GES uniquement en achetant des crédits compensatoires, affirme Steven Guilbeault. 

  • Selon lui, le système de crédit est une solution complémentaire à une réduction des émissions de GES par chaque entreprise. 
Johanna Sabys